Chargement en cours

    Caractérisation des systèmes d’acquisition du fer de Staphylococcus aureus

     Télécharger le document original
    Chez les organismes vivants, le fer joue un rôle important dans la chaîne respiratoire et le métabolisme intermédiaire. À cause de la faible quantité de fer libre disponible dans le lait, les bactéries pathogènes, telle Staphylococcus aureus, ont dû développer des systèmes d’acquisition du fer très efficaces. De tels systèmes nécessitent la présence à la surface des bactéries de récepteurs spécifiques qui représentent des cibles cellulaires de choix pour l’élaboration de nouvelles stratégies de contrôle et de prévention. Dans un premier temps, nous avons estimé l’habileté des souches à croître dans un milieu sévèrement restreint en fer. Toutes les souches testées étaient extrêmement tolérantes à une restriction en fer, ce qui implique qu’elles sont toutes bien équipées pour acquérir le fer disponible. Ensuite, nous avons testé la capacité de Staphylococcus aureus à utiliser différentes sources de fer. Ainsi, nous avons identifié plusieurs protéines de l’hôte, ainsi que certains sidérophores exogènes (petites molécules relâchées par le microorganisme et ayant une grande affinité pour le fer) comme sources de fer utilisables par la plupart des souches du pathogène. Toutes les souches testées se sont montrées capables de produire des sidérophores. De plus, nous avons vérifié la présence de certains gènes, que nous croyons liés à l’acquisition du fer, chez toutes les souches. Ces résultats nous indiquent la présence de systèmes d’acquisition du fer très efficaces. Des études de transcriptomique nous ont permis d’identifier plusieurs gènes qui sont surexprimés in vitro en absence de fer et in vivo chez la souris. Ces gènes ont été clonés dans un vecteur d’expression. Les protéines recombinantes obtenues ont ensuite été injectées à des lapins afin d’en vérifier leur antigénécité. La plus immunogène d’entre elles, la protéine IsdH, a ensuite été testée chez des bovins, où elle s’est également avérée fortement immunogène. Cette protéine semble donc être une bonne candidate pour un vaccin contre Staphylococcus aureus.
    Organisation : Novalait
    Auteur(s) : Pierre Lacasse
    Date de publication : 30 mai 2006
    Annonces