Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
921 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)

Mise à jour

14 juin 2019
Éjections forcées tavelure vergers pilotes  

Nouveau

13 juin 2019
De nombreuses plantations de feuillus échouent, seulement parce que quelques règles simples d’installation et de suivi ne sont pas respectées. Réussir une plantation de feuillus, c’est d’abord respecter quelques principes de base, qu’il nous semble bon de  rappeler ici, afin d’éviter les erreurs les plus courantes. Ce document a été présenté en collaboration avec le MAPAQ et ses partenaires lors des Journées acéricoles 2019 sous le thème <Comment s'assurer d'une meilleure production?> Lire la suite
L'érable et son environnement : ce que la science nous apprend

Nouveau

13 juin 2019
Les objectifs de cette présentation sont de vulgariser certaines notions relatives à l’érable, aux érablières et à leur environnement écosystème dans un contexte de plantation d’érables, de présenter quelques résultats d’études réalisées entre 1940 et 2018 en lien avec ce sujet et de présenter quelques éléments à prendre en considération lors de la réalisation de plantation d’érables. En collaboration avec ses partenaires, le MAPAQ a tenu les Journées acéricoles 2019 sous le thème <Comment s'assurer d'une meilleure production?>. Lire la suite

Nouveau

10 juin 2019
L’anthracnose est une maladie importante dans les régions productrices de fraises en Amérique du Nord. Depuis 2014, elle devient de plus en plus problématique au Québec, avec des pertes de contrôle par endroit. Les fruits sont principalement touchés par la maladie, mais le feuillage, les pétioles, les stolons, les fleurs, les collets et les racines peuvent aussi être infectés. La période de protection avec des fongicides doit s’étendre des boutons verts à la récolte. La maladie commence d’abord par les transplants et/ou par le sol infecté puis par la sporulation abondante du champignon à partir des tissus affectés. Des essais ont montré en Floride que le bassinage serait une solution intéressante pour couper le cycle de transmission de la maladie par les transplants. En 2017 le CIEL a testé cette méthode de lutte au Québec, dans un champ exempt d'historique de cette maladie, en transplantant après bassinage des plants à racines nues de type frigo provenant d'un champ contaminé. En 2018, ce sont des plants frais issus d’un champ également contaminé qui ont été utilisés. Les produits Switch 65,5 WG, Actinovate, Regalia Maxx, Confine Extra, Sil-Matrix, Fungastop et Rootshield Plus WP ont été testés et comparés à un témoin traité à l'eau et à un témoin non traité en 2017 et 2018 ; un traitement foliaire a été ajouté en 2018. Les paramètres mesurés étaient le pourcentage de mortalité des plants ainsi que leur développement général, le rendement total et commercialisable, l'incidence et la sévérité de l'anthracnose sur les fruits à la récolte et après une période d'entreposage. Lire la suite

Nouveau

10 juin 2019
L'anthracnose est une des maladies cryptogamiques parmi celles qui cause le plus de problèmes dans la culture du bleuet en corymbe en Amérique du Nord. Au Québec, il s’agissait d’une maladie mineure jusqu’à l'intensification de la production depuis le début des années 2000, avec notamment l’implantation de la variété Patriot, très sensible à cette maladie. L’infection des fruits par l’anthracnose peut se produire n’importe quand entre la floraison et la récolte, cependant les symptômes ne deviennent visibles qu’à partir du mûrissement des fruits lorsque le champignon va croître. Une stratégie d'intervention contre cette maladie a été étudiée au Québec en 2012 et 2013 (Lacroix et al., 20141). Il en ressort que de façon générale, plus les pulvérisations sont nombreuses, plus l’incidence de l’anthracnose à la récolte est faible. Dans ce contexte, il apparaît important d'évaluer des biofongicides et des fongicides à risque réduit afin d'offrir des alternatives aux producteurs. C’est ce qui a été réalisé pendant deux ans d’essai par CIEL chez un producteur volontaire. Ainsi, neufs biofongicides ou fongicides avec un indice de risque IRE et IRS faible ont été testés sur deux ans. En 2017: Prestop, Actinovate, Sil-Matrix, Fungastop, Evito 480 SC, Serenade Opti + Nu-Film P et Rootshield HC ; en 2018 : Prestop + Nu-Film P, Actinovate, Sil-Matrix, Fungastop, Evito 480 SC, Diplomat 5 SC et Botector ont été testés en comparaison avec un témoin non traité et un témoin commercial (Cabrio EG) dans une bleuetière avec un historique d'anthracnose. Lire la suite

Nouveau

10 juin 2019
Du fait de son efficacité, de sa polyvalence, de sa flexibilité d’application, de son aspect sécuritaire pour la culture et de son faible coût, le linuron (Lorox®) est l’herbicide no 1 dans la production de la carotte alors que les autres produits homologués sont peu ou pas utilisés par les producteurs. Cependant, l’apparition d’une diminution d’efficacité (résistance) et surtout les problèmes liés à sa toxicité sont des éléments qui alimentent les questionnements et les discussions sur son utilisation et son homologation au Canada. Si le linuron venait à être retiré du marché canadien, les producteurs de carottes du Québec seraient aux prises avec des problèmes majeurs de désherbage puisqu’aucun produit aussi efficace et sécuritaire pour la culture n’est actuellement homologué contre les dicotylédones annuelles. Pour répondre à cette problématique, l'équipe du CIEL a mené un projet de recherche de tamisage durant trois saisons (2016-2018) dans les régions de Lanaudière et de la Montérégie-Ouest. Les essais ont été menés en terre minérale (trois sites) et en terre noire/organique (trois sites) afin de tenter de trouver un ou plusieurs produits suffisamment prometteurs pour remplacer le linuron dans les prochaines années, ces solutions devant être moins dommageables pour l'environnement et pour la santé humaine. Lire la suite

Nouveau

07 juin 2019
Malgré le retard des semis pour la saison 2019, les semences enrobées de néonicotinoïdes ne sont en aucun cas exemptées de l’exigence de la justification agronomique par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC).  

Nouveau

07 juin 2019
Nouvelles homologations pour le mois de mai 2019

Nouveau

06 juin 2019
Le document décrit les pesticides homologués pour les cultures fruitières émergentes: amélanchier, argousier, aronia, camerisier, cassissier et sureau. Les tableaux contiennent la liste des produits, les doses à utiliser, les produits acceptés en agriculture biologique et les indices de risques pour la santé et l'environnement.   Lire la suite
La lambda-cyalothrine comme insecticide en milieu agricole - Étude de la toxicocinétique de biomarqueurs pour le suivi de l'exposition des travailleurs
04 juin 2019
L’objectif général du présent projet de recherche a été de combler le manque de connaissance sur la toxicocinétique de biomarqueurs d’exposition à la lambda-cyhalothrine (DEMAND CS, MATADOR 120 EC, SABER, SILENCER 120 EC, VOLIAM XPRESS et ENDIGO) chez l’humain, pour une meilleure interprétation des données de biosurveillance des travailleurs exposés à ce pesticide et une meilleure évaluation des risques associés. Ce projet a été divisé en deux volets. Dans le premier volet, une étude cinétique contrôlée a été réalisée chez des volontaires exposés à la lambda-cyhalothrine de façon aiguë, à de faibles doses orale (dose de référence orale) et cutanée (formulation à base de lambda-cyhalothrine), afin d’analyser les profils temporels des biomarqueurs d’exposition (le CFMP et le 3-PBA), dans le plasma et l’urine. Dans le second volet, un modèle toxicocinétique a été développé à partir des données de l’étude chez les volontaires, afin de simuler la cinétique de biomarqueurs d’exposition à la lambda-cyhalothrine pour différents scénarios d’exposition et de fournir un outil permettant de reconstruire les doses absorbées chez des travailleurs exposés. Les nouvelles données cinétiques obtenues par cette étude ainsi que la modélisation effectuée peuvent directement servir à interpréter des données de surveillance biologique de l’exposition chez des travailleurs exposés à la lambda-cyhalothrine ou à d’autres pyréthrinoïdes, et pour reconstituer les doses absorbées pour différents scénarios d’exposition. Par ailleurs, la comparaison des niveaux urinaires de biomarqueur chez un travailleur agricole à la valeur de référence biologique proposée comme repère peut servir à évaluer les risques associés à l’exposition à la lambda-cyhalothrine et de façon plus large aux pyréthrinoïdes. Ce projet permet un avancement des connaissances actuelles pour mieux évaluer l’exposition et les risques associés à l’usage de pesticides en milieu agricole, dans une démarche de prévention. Lire la suite
1 à 10 sur 921