Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche 
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
Format
Type de contenu
Date de début
Date de fin
Régions
21014 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)
424 archives correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)
23 novembre 2022
L’anthracnose (Colletotrichum spp.) est une maladie importante dans les régions productrices de fraises en Amérique du Nord. Elle se développe de façon très rapide quand les conditions climatiques sont favorables et l’inoculum abondant. Les pertes de rendements peuvent être très élevées si on ne suit pas un programme de pulvérisation fongicide, qui débute à l’ouverture des fleurs et se poursuit tous les 7 à 14 jours, particulièrement si la saison est chaude et pluvieuse.  Plusieurs modèles de prévisions de cette maladie ont été développés, sur la base de mesure de l’humidité des feuilles et de la température. Ceux-ci ont permis de créer des systèmes permettant de planifier les applications de fongicides seulement lorsque les conditions climatiques sont favorables au développement de l’agent pathogène. Ainsi, un modèle semblable au modèle de la Floride « Strawberry Advisory System (SAS) » a été récemment développé par Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), mais a été peu testé jusqu’à présent. Ce modèle se base sur les mêmes calculs mathématiques que celui de la Floride qui a permis une réduction de 47 % de l'utilisation de pesticides.  Ce projet a pour but de tester le modèle bioclimatique dans CIPRA de AAC dans une culture de fraise à jours neutres en plasticulture, en comparaison à un témoin non traité et une régie de traitements systématiques aux 7 jours. Lire la suite
18 novembre 2022
L’anthracnose (Colletotrichum spp.) est une maladie importante dans les régions productrices de fraises en Amérique du Nord. Elle se développe de façon très rapide quand les conditions climatiques sont favorables et l’inoculum abondant. Les pertes de rendements peuvent être très élevées si on ne suit pas un programme de pulvérisation fongicide, qui débute à l’ouverture des fleurs et se poursuit tous les 7 à 14 jours, particulièrement si la saison est chaude et pluvieuse.  Plusieurs modèles de prévisions de cette maladie ont été développés, sur la base de mesure de l’humidité des feuilles et de la température. Ceux-ci ont permis de créer des systèmes permettant de planifier les applications de fongicides seulement lorsque les conditions climatiques sont favorables au développement de l’agent pathogène. Ainsi, un modèle semblable au modèle de la Floride « Strawberry Advisory System (SAS) » a été récemment développé par Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), mais a été peu testé jusqu’à présent. Ce modèle se base sur les mêmes calculs mathématiques que celui de la Floride qui a permis une réduction de 47 % de l'utilisation de pesticides.  Ce projet a pour but de tester le modèle bioclimatique dans CIPRA de AAC dans une culture de fraise à jours neutres en plasticulture, en comparaison à un témoin non traité et une régie de traitements systématiques aux 7 jours. Lire la suite
05 octobre 2022
Anthrancnose dans la fraise
03 novembre 2014
Le Profil de la culture de la tomate de serre au Canada, 2011 donne un aperçu des pratiques de production et de gestion antiparasitaire de ce légume au Canada. Il renseigne sur les facteurs abiotiques qui influent sur sa croissance. Il explique la biologie des grands maux causés par les maladies et les infestations tant d’insectes et d’acariens et présente aussi les méthodes culturales, biologiques et chimiques de lutte. Il détaille sous forme de tableaux les ravageurs présents, les moyens possibles de lutte antiparasitaire intégrée, les agents de lutte biologique et les pesticides homologués qui sont à la disposition des producteurs. Lire la suite
31 janvier 2022
Depuis 2017, des modèles prévisionnels de la sclérotiniose du soya, permettant d’anticiper la formation des apothécies, sont en cours d'évaluation dans les conditions agroenvironnementales du Québec. Mme Morier-Gxoyiya présente la méthodologie ainsi que certains résultats. Résumé et présentation PowerPoint (PDF) de la conférence présentée lors des Conférences scientifiques en phytoprotection du 8 avril 2021. Une initiative de la Commission phytoprotection du CRAAQ et le MAPAQ. Lire la suite
27 mars 2024
L’anthracnose est une maladie courante qui cause des pertes de rendement importantes dans la culture de la fraise en Amérique du Nord. Elle se développe très rapidement lorsque l’inoculum est présent et que les conditions climatiques sont favorables. Or, dans le cas de la culture de la fraise d’automne, ces conditions se rencontrent toute la saison. L’hypothèse de ce projet est que l'utilisation de fongicides à moindre risque, appliqués avant ou en alternance avec des fongicides conventionnels, permettrait de contrôler la maladie. Ainsi, on réduirait l'usage des pesticides conventionnels, dont les indices de risque pour la santé (IRS) et pour l’environnement (IRE) sont plus élevés que ceux des biofongicides et fongicides à moindre risque.  La première année du projet, dans un contexte de résistance au groupe 11 de la souche d’anthracnose retrouvée dans l’essai, nous avons démontré qu’il semble possible de mieux protéger les fruits avec une alternance où deux fongicides conventionnels (excluant le groupe 11) sur trois sont remplacés par des biofongicides, qu’avec une alternance de fongicides conventionnels. Les résultats des deux dernières années du projet ont permis d’observer que la stratégie 3 (rotation de fongicides à risques réduits et de fongicides conventionnels (1 sur 2)) a suivi les résultats du témoin commercial. La troisième année a permis de montrer que la stratégie 3 réduit l’incidence d’anthracnose à la récolte par rapport au témoin non traité, de façon non statistiquement différente du témoin commercial. C’est-à-dire qu’en réduisant de moitié les traitements conventionnels, cette stratégie a statistiquement aussi bien protégé les fruits que le témoin commercial. Lire la suite
10 mars 2016
Utiliser des agents de lutte biologique dans la fraise en champ est tout à fait possible en autant qu'on respecte certaines règles de base présentées dans cette conférence: pesticides compatibles, prédateurs indigènes, introduction sur plantes refuges, bandes fleuries. Combien coûte la lutte biologique?  Quels sont les auxilaires ayant le plus de potentiel au champ sur des ravageurs ciblés? Lire la suite
21 juin 2022
La drosophile à ailes tachetées (DAT) et l’anthracnose (Colletotrichum spp.) sont deux ravageurs importants dans la culture de fraises au Québec et qui provoquent d’importantes pertes de rendement. En agriculture conventionnelle, la lutte se fait par le biais d’applications pesticides tandis que les producteurs en régie biologique manquent de ressources pour pallier ces deux problématiques. Ces dernières années, un nouvel équipement a fait son apparition sur le marché : les mini-tunnels rétractables. Les mini-tunnels utilisent le même principe que les grands tunnels, mais ils sont moins dispendieux, plus versatiles en plus de présenter quelques-uns des mêmes avantages. Il s’agit de tunnels bas (environ 28 po) qui recouvrent une butte à la fois et sont présents tout le long de la saison de culture. Un système d’arceaux recouverts d’un film transparent retenus par des élastiques permet de remonter ou descendre les côtés selon le climat. Le film transparent, qui permet de protéger les plants de la pluie et des éclaboussures de sol, principal vecteur de l’anthracnose, peut être remplacé par un filet anti-insecte, permettant l’exclusion de la DAT. Ainsi, nous avons testé les mini-tunnels (plastique seul, filet seul et une combinaison plastique-filet) contre l’anthracnose et la DAT dans une parcelle de fraise à jours neutres de la variété Seascape. Leur efficacité a été comparée à un témoin non traité et à un témoin commercial avec des traitements pesticides conventionnels contre la DAT et l’anthracnose. En 2019, malgré la faible pression de maladie, nous n’avons observé aucun fruit atteint d’anthracnose dans le traitement en combinaison filet 70g et plastique. Nous n’avons, toutefois, eu aucun effet des traitements sur le contrôle de la DAT. En 2020 et 2021, nous avons eu des résultats encourageants sur l’effet des différents traitements sur le contrôle de l’anthracnose notamment, avec le traitement en combinaison filet 70g et plastique. Nous avons cependant eu des résultats Lire la suite
28 janvier 2016
Accessibilité et diffusion d'outils d'aide à la décision permettant une utilisation en temps réel et prévisionnel d'indices et de modèles bioclimatiques dans plusieurs espèces végétales. Résumé et présentation PowerPoint de la conférence présentée lors du Colloque fertilisation, agriculture de précision et agrométéorologie du 25 novembre 2014.  Une initiative des trois commissions du CRAAQ :  Agrométéorologie, Chimie, fertilité des sols et Géomatique, agriculture de précision.   Lire la suite
1 à 10 sur 21014

En cliquant sur « Accepter tous les cookies », vous acceptez le stockage de ces témoins de connexion sur votre appareil. Ceux-ci permettent au CRAAQ de générer des statistiques et d'améliorer votre expérience utilisateur. Vous pourrez les désactiver en tout temps dans votre fureteur Web.

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.