Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche 
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
Format
Type de contenu
Date de début
Date de fin
Régions
5786 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)

Fiers de diffuser leur expertise

Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ)

Nouveau

28 février 2024
MISE EN GARDE BIEN QUE L’HYPOCHLORITE DE SODIUM SOIT DANS LA LISTE DES PRODUITS PERMIS SELON LES NORMES DE CERTIFICATION BIOLOGIQUE CANADIENNE, IL N’EST PAS PERMIS DE L’UTILISER À LA CONCENTRATION RECOMMANDÉE DANS LE PRÉSENT PROTOCOLE. SI VOUS ÊTES DÉTENTEUR D'UNE CERTIFICATION BIOLOGIQUE, VOUS NE POUVEZ DONC PAS EFFECTUER CE TRAITEMENT DE SEMENCE. Le virus du fruit rugueux brun de la tomate (ToBRFV) a été détecté pour la première fois en 2014, en Israël. Depuis, le virus a été trouvé dans plusieurs pays d'Europe, d'Amérique du Nord et d'Asie. Le ToBRFV peut considérablement réduire la productivité des cultures de tomate et la qualité marchande des fruits. Au Québec, sa présence a été confirmée pour la première fois en 2021, dans des serres de tomate. Le ToBRFV fait partie de la famille des Tobamovirus reconnus pour être hautement transmissibles par contact. Bien qu’inoffensif pour l'humain, il cause des pertes de rendement considérables sur les plants et les fruits. Même à l'extérieur de la plante-hôte, ce virus est persistant longtemps dans l'environnement, ce qui le rend difficile à éradiquer et a souvent pour conséquence la cession de la production de tomates sur un site, et ce, pour plusieurs années. Le virus peut se transmettre par les semences. Or il n’existe aucune certification, à ce jour, qui garantit l'absence de virus au niveau des lots de semences achetés. D'ailleurs, des chercheurs italiens ont détecté la présence du virus dans plusieurs lots testés de nombreux semenciers. Des études récentes ont démontré l'efficacité d'un trempage de semences, dans une solution d’hypochlorite de sodium (2,5 %), pour éradiquer le virus. Une solution d'eau de Javel aurait donc la capacité d'éradiquer le virus qui se trouve principalement à la surface du tégument. Les traitements à l'eau chaude, effectués pour contrer le chancre bactérien, autre maladie bactérienne redoutable dans cette culture, n'ont aucun effet sur ce virus. De nombreux producteurs de tomates de serre font Lire la suite

Nouveau

27 février 2024
Contrôler la croissance des plantes ornementales en serre … avec ou sans régulateurs

Nouveau

22 février 2024
À tous les producteurs en serre et leurs conseillers, Le MAPAQ, le CRSNG et le Mitacs ont octroyé une subvention pour le projet d’envergure « Atteinte de la cible zéro enfouissement par une plateforme de valorisation des résidus serricoles » dirigé par Philippe Constant, professeur à l’INRS. En développant des procédés de tri et de conditionnement des résidus et en combinant de multiples options de valorisation, ce projet repoussera les frontières actuelles limitant la valorisation des résidus serricoles. De multiples voies de valorisation des résidus seront examinées pour la première fois dans le cadre d’un projet intégré, mais nous avons besoin de votre collaboration pour adapter les voies de valorisation aux réalités du secteur serricole québécois. L’équipe de recherche vous invite à participer à une enquête pour identifier la nature et la quantité de résidus végétaux et de plastiques générés dans le cadre de vos opérations. Un portrait précis permettra de proposer des solutions concrètes pour que le secteur serricole atteigne la cible zéro enfouissement. Je vous invite à contacter Philippe Constant () qui prendra en charge l’enquête pour laquelle vous êtes invité.e à participer. Je vous remercie d’avance pour votre précieuse collaboration.   Lire la suite
Cultures ornementales en serre, Avertissement 1, 21 février 2024

Mise à jour

21 février 2024
Présence de pucerons, du virus de la mosaïque du tabac, du blanc et de thrips, dans certains arrivages. Documentation intéressante.   DÉPISTAGE DES ARRIVAGES   Il est recommandé de placer les plants dans une zone de quarantaine dès leur arrivée et de les inspecter sans tarder. Les ennemis des cultures nommés dans cet avertissement ont été observés par nos collaborateurs dans des arrivages de jeunes plants ornementaux.  Cliquer sur les photos pour les agrandir.   Infestation de pucerons dans un Calibrachoa Photo : IQDHO Pucerons : Une quantité importante de pucerons a été observée par nos collaborateurs dans des boutures enracinées de quelques variétés de Calibrachoa sp. qui venaient d’être livrées. Des pucerons étaient aussi présents dans des arrivages d’Ipomoea batatas. Au besoin, effectuer un traitement local non résiduel sur les plants affectés. Introduire ensuite des agents de lutte biologique, comme des larves de chrysopes. Dépister régulièrement par la suite pour vérifier si les moyens de contrôle sont réussis, particulièrement avant de déplacer ou transplanter les végétaux. Fiche technique : Pucerons   Symptômes du virus de la mosaïque du tabac dans un plateau de Calibrachoa sp. Photo : Gracieuseté d'un producteur Virus de la mosaïque du tabac (TMV) : Des plateaux de boutures enracinées de Calibrachoa atteints du virus TMV ont été livrés à certains producteurs. Le fournisseur a contacté les entreprises concernées pour qu’elles détruisent la variété en question. En effet, il n’est pas possible d’éliminer les virus une fois que la plante est infectée. Comme ce virus se propage facilement, il est possible qu’il affecte d’autres variétés que celles qui ont été signalées. En cas de symptômes, il est recommandé d’effectuer un test rapide Agdia ImmunoStrip® et de confirmer le diagnostic par un envoi au laboratoire (LEDP) du MAPAQ. La prudence est de mise. Ce virus se transmet de façon mécanique ; la manipulation Lire la suite
Cultures maraîchères en serre, Avertissement No 1, 15 février 2024
15 février 2024
Dommages dans l’épinard à la suite de traitements insecticides avec du TROUNCE.   DOMMAGES DANS L’ÉPINARD À LA SUITE DE TRAITEMENTS INSECTICIDES AVEC DU TROUNCE Dans les derniers jours, deux producteurs se sont retrouvés avec des dommages s'apparentant à une phytotoxicité dans l’épinard à la suite d’un traitement insecticide contre les pucerons. Dans les deux cas, un traitement avec un produit contenant des sels de potassium d’acide gras et des pyréthrines (TROUNCE) a été effectué pour contrôler des populations de pucerons.   Pucerons sur des feuilles d’épinard  Geneviève Legault, agr. / Julie Marcoux, dta (MAPAQ) Pucerons sur des feuilles d’épinard  Geneviève Legault, agr. / Julie Marcoux, dta (MAPAQ)   Les conditions de culture chez les deux producteurs sont similaires : les épinards sont cultivés dans des serres minimalement chauffées et non chauffées. Dans le cas de la serre non chauffée, la culture est menée sous une couverture flottante de protection contre le froid de 40 g/m2, placée sur des arceaux.   Conditions de culture en serre non chauffée sous couvertures flottantes Geneviève Legault, agr. / Julie Marcoux, dta (MAPAQ) Conditions de culture en serre minimalement chauffée  Geneviève Legault, agr. / Julie Marcoux, dta (MAPAQ)   Les applications d'insecticides ont été effectuées à l’aide de pulvérisateurs dorsaux à la concentration recommandée (5 litres de concentré/100 litres d’eau) mais avec des quantités de solution insecticide différentes, c’est-à-dire que des volumes variant de 800 à plus de 3 000 litres de solution insecticide/hectare ont été appliqués. Sur l’étiquette du produit et pour les cultures basses, aucune information sur le volume de solution insecticide à appliquer n’apparaît, hormis de « vaporiser les nouvelles pousses, les tiges et le dessous des feuilles » et de « vaporiser la quantité nécessaire sur toute la surface des plantes ». Cependant, une indication pour l’utilisation Lire la suite
Présentations de la Journée ovine de l'Estrie 2024
14 février 2024
Le 9 février dernier se tenait la Journée ovine de l'Estrie à Saint-François-Xavier-de-Brompton, organisée par le Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation et le Syndicat des producteurs de moutons de l'Estrie. Celle-ci a pris la forme d'une journée en salle suivie d'une visite de la ferme Les Heureux Moutons. Pour vivre ou revivre cet événement, vous pouvez consulter les présentations ci-dessous. Projet sur la paratuberculose ovine : les résultats Julie Arsenault, DMV, M. Sc., Ph. D., professeure titulaire, Faculté de médecine vétérinaire, Université de Montréal Perspectives économiques pour l’agriculture : aperçu des tendances Marie-Josée Caron, directrice principale des relations d’affaires, et Joel Dugas, directeur régional développement des affaires, Financement agricole Canada Manipulation des ovins et efficacité du travail en bergerie Sylvain Blanchette, éleveur d'Arcott Rideau, Ferme Ovimax Présentation des campagnes PISAQ chez les petits ruminants Roxann Hart, médecin vétérinaire, Direction de la santé animale, ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation Avoir de bons rendements à tous les ans, comment y arriver? Émilie Douville, agronome, SEMsolutions Note : Les présentations qui précèdent sont sous l'entière responsabilité de leurs auteurs.  Lire la suite
Capri Nouvelles - Janvier 2024
24 janvier 2024
Le bulletin d'information Capri Nouvelles, publié trimestriellement, est une initiative menée par la table filière du secteur caprin laitier. Ce projet est financé par l’entremise du Programme de développement sectoriel, en vertu du Partenariat canadien pour l’agriculture, entente conclue entre les gouvernements du Canada et du Québec.   Lire la suite
18 janvier 2024
Dépliant informatif du lancement des projets interrégionnaux des fédérations de l'UPA de la Mauricie, de Lanaudière et du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Le document a été publiposté à tous les producteurs des trois régions et servait aussi d'outil de recrutement.
28 décembre 2023
Salmonella Dublin est un agent pathogène en émergence au Québec depuis 2011 dans les élevages bovins et chez l’humain. L’émergence de Salmonella Dublin est préoccupante pour l’industrie bovine du Québec et représente un enjeu de santé animale et de santé publique. Les médecins vétérinaires praticiens du Québec ont un rôle central à jouer dans la surveillance, la prévention et le contrôle de cette maladie. Lire la suite
1 à 10 sur 5786

En cliquant sur « Accepter tous les cookies », vous acceptez le stockage de ces témoins de connexion sur votre appareil. Ceux-ci permettent au CRAAQ de générer des statistiques et d'améliorer votre expérience utilisateur. Vous pourrez les désactiver en tout temps dans votre fureteur Web.

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.