Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
997 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)
16 novembre 2022
Liste des hybrides de maïs disponibles pour la saison 2023 sans traitements de semences insecticides (avec ou sans fongicides) ou certifiés biologiques
Article du Journal La Presse "Relève : un stage dans les patates"
25 octobre 2022
« Le projet de recherche était clairement fait pour moi, explique-t-elle. Notre objectif est de développer une alternative aux produits de synthèse chimiques et très néfastes qui sont utilisés dans l’entreposage, afin de limiter la germination et le développement de maladies. On veut les remplacer par des produits biosourcés faits à partir d’écorces. » Lire la suite
27 septembre 2022
Nettoyage rapide d'une moissonneuse-batteuse entre les champs et biosécurité en 3 points
21 septembre 2022
Le charbon commun et le charbon des inflorescences dans le maïs
Grandes cultures, Avertissement No 23, 16 septembre 2022
16 septembre 2022
Ver-gris occidental des haricots : évaluer les dommages pour planifier la récolte et la prochaine saison. Vergerette du Canada : résistance au glyphosate et sa gestion à l'automne.   VER-GRIS OCCIDENTAL DES HARICOTS : ÉVALUER LES DOMMAGES POUR PLANIFIER LA RÉCOLTE ET LA PROCHAINE SAISON M. Neau 1, J. Saguez 2 et B. Duval 3 1. Coordonnateur du RAP GC (CÉROM)  2. Chercheur (CÉROM)  3. Agronome (MAPAQ)   Le mois de septembre est une période idéale pour évaluer les dommages causés par les larves de ver-gris occidental des haricots (VGOH), que ce soit dans le maïs ensilage ou dans le maïs grain. Une intervention phytosanitaire serait inutile à ce temps-ci de l’année, mais cette évaluation permet de mieux planifier la récolte et la prochaine saison de culture. Au cours de l’été, les larves ont pu s’alimenter sur les épis, causant des dommages caractérisés par la présence de trous et de galeries dans les spathes (feuilles entourant l’épi) et les grains. En général, les larves entrent dans l’épi par les soies et n’affectent que l’apex de l’épi, causant peu de perte de rendement. Parfois, les larves creusent un trou au milieu ou au bas de l’épi. Plus l’évaluation des dommages est faite tôt, plus on a de chance d’observer des larves dans les épis et de confirmer qu’il s’agit bien de dommages de VGOH. D’autres insectes (ver de l’épi, légionnaire d’automne, pyrale du maïs, etc.) peuvent également être observés dans les épis (voir plus bas comment les reconnaître). Si l’évaluation est faite plus tard, les larves de VGOH auront cessé de s’alimenter et seront tombées au sol afin de compléter leur cycle de développement. L’évaluation devrait être réalisée sur 10 épis consécutifs par rang à 10 endroits bien répartis dans le champ, pour un total de 100 épis par champ. Ôtez les spathes et observez les épis sur toute leur longueur. Notez le nombre d’épis endommagés sur l’ensemble des épis observés pour obtenir un pourcentage d’infestation. Ce sera aussi Lire la suite
15 septembre 2022
Gestion des mauvaises herbes en fin de saison dans le soya
13 septembre 2022
Maïs : Évaluation de la santé des tiges à l'automne et dépistage des maladies
06 septembre 2022
Les maladies foliaires du soya en fin de saison
Grandes cultures, Avertissement No 22, 1er septembre 2022
01 septembre 2022
Chrysomèle du haricot : toujours peu de dommages aux gousses et baisse des populations. Cécidomyie orangée du blé : présente, mais peu de dommages aux grains.   LA CHRYSOMÈLE DU HARICOT : TOUJOURS PEU DE DOMMAGES AUX GOUSSES ET BAISSE DES POPULATIONS S. Boquel 1, M. Neau 2, Y. Faucher 3 et V. Samson 3 1. Chercheur (CÉROM)  2. Coordonnateur du RAP GC (CÉROM)  3. Agronomes (MAPAQ)   Parmi les treize champs suivis en Lanaudière (2) et en Montérégie (11) par le RAP Grandes cultures, une baisse des populations de chrysomèles du haricot a été observée dans la plupart de ces champs. Les champs situés en Montérégie-Ouest étaient ceux qui, à la mi-août, présentaient une abondance élevée de chrysomèles du haricot (de 5 à 16 chrysomèles par coup de filet fauchoir). Malgré cette présence élevée, la défoliation et les dommages aux gousses sont restés faibles, à l’exception d’un site à Saint-Urbain-Premier où environ 8 % des gousses étaient endommagées. Le suivi des champs est donc toujours recommandé, notamment dans ceux où les populations de chrysomèles du haricot étaient élevées.   En cas d’atteinte d'un des seuils d’intervention (disponibles dans l’avertissement N° 16 du 29 juillet 2022), un traitement foliaire peut être appliqué si les chrysomèles sont toujours présentes et actives. Une fois que les gousses ont jauni, elles deviennent peu attrayantes et sont donc moins susceptibles d'être endommagées par les chrysomèles. Une intervention à ce stade ne serait pas justifiée puisque les plants seront délaissés et les chrysomèles seront également moins présentes. À noter que la rentabilité d’une intervention phytosanitaire contre la chrysomèle du haricot n’est pas encore démontrée au Québec. Une étude portant sur le sujet a débuté cette année au Centre de recherche sur les grains (CÉROM).   Gousse légèrement grignotée par la chrysomèle du haricot Photo : S. Boquel (CÉROM) Pour en savoir plus sur la chrysomèle du haricot et son dépistage, Lire la suite
30 août 2022
Pensez aux céréales d'automne
1 à 10 sur 997

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.