Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Cucurbitacées, Avertissement No 6, 30 juin 2020

Réseau d'avertissements phytosanitaires Avertissement - Cucurbitacées
Forte croissance des cucurbitacées. La tache angulaire a fait son apparition dans des courges d'hiver, des citrouilles et des melons. Quelques cas de flétrissement bactérien dans les champs où la pression de chrysomèle était forte. Quelques foyers d’acariens à surveiller. Prévenir l’apparition de Phytophthora capsici.

 
ÉTAT DES CULTURES

Plusieurs régions ont eu (enfin!) des précipitations durant la dernière période s’étalant du 23 au 29 juin. Cette pluie et les températures moins chaudes ont été très bénéfiques pour les cultures qui ont fait un bond considérable dans leur croissance. Les mauvaises herbes ont également profité de l’eau… des sarclages mécaniques et du désherbage manuel sont en cours.

Le sommaire agrométéorologique cucurbitacées vous présente le tableau des précipitations et des degrés-jours cumulés pour chacune des régions.

 
PREMIERS FOYERS DE TACHE ANGULAIRE 
 
On rapporte l’apparition de quelques foyers de la tache angulaire (Pseudomonas syringae) sur des plants de courge d’hiver, de citrouille et de melon dans la région de la Montérégie. La pluie et l’humidité sont les principaux facteurs favorisant le développement de la bactérie. D’après des références européennes, un mélange de cuivre et de mancozèbe a de meilleures chances d’être efficace contre les bactéries, en plus de contrôler un ensemble de maladies fongiques, telles la gale (Cladosporium sp.) et la tache alternarienne.
 
Lorsque vous utilisez les produits à base de cuivre, ne dépassez pas les doses prescrites sur l’étiquette et évitez l’application par des températures excessivement chaudes. Une dose élevée de cuivre, lorsqu’il fait très chaud, peut provoquer de la phytotoxicité.

Pour connaître les produits homologués contre la tache angulaire, consultez le bulletin d’information N° 1 du 1er mai 2020.
 
Image Agri-Réseau

Tache angulaire (Pseudomonas syringae) sur plant de courge d'hiver, 29 juin 2020

Isabelle Couture, agr. (MAPAQ)

 
Image Agri-Réseau

Vue rapprochée d'une feuille de courge d'hiver avec des lésions de tache angulaire, 29 juin 2020

Isabelle Couture, agr. (MAPAQ)



FLÉTRISSEMENT BACTÉRIEN

On rapporte quelques cas de flétrissement bactérien dans les courges d’hiver, en Mauricie et dans Lanaudière. Il est important de rappeler que la lutte contre la chrysomèle rayée du concombre, lorsque les plants ont moins de 5 feuilles, est le seul moyen pour éviter cette maladie. La chrysomèle rayée du concombre est l’agent principal de dissémination de la bactérie Erwinia tracheiphila qui cause le flétrissement bactérien. Cette bactérie survit à l’hiver en se logeant dans le corps de la chrysomèle. Erwinia tracheiphila est par la suite transmise de plant en plant par contamination fécale ou par les blessures d’alimentation engendrées par les chrysomèles.
 
Image Agri-Réseau

Symptômes de flétrissement bactérien causé par la bactérie Erwinia tracheiphila, transmise par la chrysomèle rayée du concombre

Isabelle Couture, agr. (MAPAQ)



INSECTES

La présence de chrysomèles rayées du concombre est variable d’une région à l’autre et même d’un champ à l’autre. Le dépistage est essentiel afin de savoir s’il faut intervenir.
 
On observe davantage de masses d’œufs et d’adultes de la punaise de la courge dans les champs de courges et de citrouilles en Montérégie. Des traitements spécifiquement contre cet insecte sont rarement nécessaires, car le seuil d’intervention se situe à une masse d’œufs par plant.

Le temps chaud et sec des dernières semaines a été favorable au développement des acariens. Aussi, quelques collaborateurs nous rapportent des foyers de tétranyques à deux points dans les concombres et les cantaloups, en Montérégie et en Chaudière-Appalaches. Ces foyers seront suivis de près afin de voir s’ils prennent de l’ampleur et s’il faut intervenir.

Pour connaître les produits de phytoprotection homologués contre les acariens, consultez le bulletin d’information N° 1 du 1er mai 2020.


PRÉVENIR LES PERTES CAUSÉES PAR PHYTOPHTHORA CAPSICI

Le temps chaud et des orages violents sont propices à l’apparition de foyers de Phytophthora capsici.

Bien que très difficile à contrôler, l’application de fongicides AVANT l’apparition de la maladie dans les champs à risque qui ont un historique de maladie peut aider à freiner le développement du pathogène. Les fongicides suivants ont démontré une capacité à freiner le développement de la maladie, lorsqu'appliqués préventivement : ORONDIS ULTRAZAMPROPRESIDIO et REVUS.

 
ON NE RAPPORTE PAS DE MILDIOU DU CONCOMBRE AU QUÉBEC

Pour l'instant, on ne signale pas de mildiou du concombre (Pseudoperonospora cubensis) en Ontario ni au Québec. Par contre, un premier foyer a été détecté au Michigan, le 22 juin dernier, dans du concombre. Aucun nouveau foyer n'a été rapporté depuis. Nous surveillons la situation de près.

Si vous avez des foyers de tache angulaire, une application de cuivre et de mancozèbe offrira une certaine protection contre le mildiou. 
 
 
En raison de la crise de la COVID-19, le Québec pourrait faire face à une perturbation de son approvisionnement d’équipements de protection individuelle (EPI) au cours de l’été 2020, laquelle perturbation pourrait mener à une pénurie. En toute circonstance, le respect des étiquettes des pesticides et le port d’EPI approprié sont obligatoires (article 36 du Code de gestion des pesticides). La meilleure protection contre l’exposition aux pesticides est de porter un équipement de protection individuelle. Si vous n’êtes pas en mesure de vous procurer un EPI :
  • Ne pas appliquer de pesticides sans les EPI appropriés. Assurez-vous de porter les protections prescrites sur l’étiquette.
  • Si possible, retardez les applications jusqu’à l’obtention des bons EPI.
  • Utilisez des produits à moindre risque pour la santé (consultez SAgE pesticides) pour connaître les IRS des produits) ou pensez aux solutions de rechange.
  • Utilisez, s’il y a lieu, des pesticides qui pourraient être appliqués avec des EPI actuellement disponibles ou réutilisables, comme des gants lavables et réutilisables.
Advenant un manque dans l’approvisionnement des EPI, veuillez contacter votre fédération régionale de l’UPA pour les informer de la situation. Des démarches sont en cours pour assurer la disponibilité des équipements.
 
Toute intervention de contrôle d’un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des risques associés à l’utilisation des pesticides.



Cet avertissement a été rédigé par Isabelle Couture, agronome, M. Sc. (MAPAQ). Pour des renseignements complémentaires, vous pouvez contacter l’avertisseure du réseau Cucurbitacées ou le secrétariat du RAP. La reproduction de ce document ou de l’une de ses parties est autorisée à condition d'en mentionner la source. Toute utilisation à des fins commerciales ou publicitaires est cependant strictement interdite.
Image Agri-Réseau

Organisation : Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ)
Auteur(s) : RAP - Réseau Cucurbitacées
Date de publication : 30 juin 2020

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.