Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Malherbologie, Avertissement No 4, 8 juin 2021

Réseau d'avertissements phytosanitaires Avertissement - Malherbologie
L’amarante tuberculée observée au Centre-du-Québec. Le silène blanc identifié dans plusieurs régions du Québec. 


AMARANTE TUBERCULÉE OBSERVÉE AU CENTRE-DU-QUÉBEC
En collaboration avec Brigitte Duval, agr.; Stéphanie Mathieu, agr.; Véronique Samson, agr.; Karine Fortier-Brunelle, agr. (MAPAQ); Sandra Flores-Mejia, Ph. D. (CÉROM) et Fairouz Dif, agr. (Club Conseil Profit-eau-sol)
 
La semaine dernière, nous vous informions de la levée de l’amarante tuberculée (AT) dans les régions de la Montérégie, des Laurentides et de la Chaudière-Appalaches (voir l’avertissement Nº 3 du 31 mai 2021).
 
Cette semaine, elle est maintenant observée au Centre-du-Québec, au site où elle avait été détectée en 2019. L’AT est entre les stades cotylédons et 4 feuilles.
 
Plantules d'amarante tuberculée observées au Centre-du-Québec le 3 juin 2021

Plantules d'amarante tuberculée observées au Centre-du-Québec le 3 juin 2021

Brigitte Duval (MAPAQ)

 
Nous vous invitons à porter une attention particulière aux bordures de champs lors de vos dépistages.
 
Amarante tuberculée observée en bordure d'un champ de maïs

Plusieurs plantules d'amarante tuberculée observées en bordure d'un champ de maïs le 7 juin 2021

Fairouz Dif (Club Conseil Profit-eau-sol)

 

Le dépistage de l’AT à de très jeunes stades est primordial, puisque la plupart des herbicides ne sont pas efficaces lorsqu’elle atteint 10 cm de hauteur. D'ailleurs, l'AT a présentement une hauteur de 8 à 10 cm en Montérégie. Pour obtenir plus d’information sur le contrôle de l’AT dans les grandes cultures, vous pouvez consulter l’avertissement Nº 6 du 4 juin 2021 du RAP Grandes cultures. Des méthodes mécaniques peuvent aussi être utilisées pour éliminer les plantules d’AT, mais ces dernières sont souvent plus efficaces aux plus jeunes stades de croissance de l’AT.
 
Si vous trouvez de l’AT sur votre entreprise pour la première fois, n’hésitez pas à vous inscrire au Plan d'intervention phytosanitaire pour lutter contre l'amarante tuberculée au amarantetuberculee.ca.

Pour plus d'information

Pour confirmer l'identification de l'AT, vous pouvez envoyer des photos par courriel à l'adresse mauvaiseherbe@mapaq.gouv.qc.ca. En cas de doute, le Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection (LEDP) vous indiquera s'il est nécessaire d'envoyer un échantillon pour effectuer un test moléculaire. Pour connaître la procédure d'envoi d'un échantillon, vous pouvez consulter le document Envoi des échantillons au LEDP aux pages 7 et 8.

 
SILÈNE BLANC IDENTIFIÉ DANS PLUSIEURS RÉGIONS DU QUÉBEC

Le nouveau service d’identification des mauvaises herbes (mauvaiseherbe@mapaq.gouv.qc.ca), instauré par le LEDP en 2021, remarque la présence dans quelques régions du Québec du silène blanc (Silene latifolia).

Le silène blanc est une espèce bisannuelle ou vivace de courte durée. Le bas de la plante est pubescent et devient légèrement collant vers le haut. Les feuilles ont des nervures bien apparentes et de longs poils sont présents sur le bord du limbe. Pour une description détaillée de l’espèce et plusieurs photos, vous pouvez consulter IRIIS phytoprotection.
 
Feuilles opposées du silène blanc

Feuilles opposées du silène blanc

LEDP (MAPAQ)

Fleur du silène blanc

Fleur du silène blanc

LEDP (MAPAQ)


Plusieurs traitements herbicides semblent avoir échoué contre cette mauvaise herbe. Avec les conditions très sèches connues dans les dernières semaines, les herbicides de prélevée, qui nécessitent une pluie dans les 5 à 7 jours suivant leur application pour être activés ou encore un travail de sol, n’ont pu exercer leur pleine efficacité (RAP Grandes cultures, avertissement Nº 5 du 28 mai 2021). Pour les traitements en postlevée, la pilosité de la plante rend difficile l’adhérence des gouttelettes d’herbicides qui arrivent à sa surface. De ce point de vue, utiliser un adjuvant recommandé à l’étiquette du produit utilisé n’est pas une option à négliger.

Conditions favorables à son développement
Le silène blanc se retrouve dans les endroits ouverts, en bordure des routes et des champs, ainsi que dans les prairies et les pâturages. Il s’agit d’une espèce qui infeste particulièrement les cultures fourragères et qui est souvent associée au semis direct. Elle croît habituellement dans les sols secs, bien drainés et ne résiste pas aux sols trop humides. Cette caractéristique lui permet de bien survivre et de s’implanter dans les endroits où le couvert végétal est peu dense, et peut lui procurer un avantage par rapport aux autres espèces, lors de conditions de sécheresse.

Prévention et répression
Pour prévenir la dispersion de la mauvaise herbe, la tonte des plants au moment de la floraison (plantes fourragères et bords des champs) demeure la meilleure stratégie. Planifier une rotation avec une culture annuelle compétitive, telle qu’une céréale, et augmenter le taux de semis permettent d’exercer une forte compétition sur la mauvaise herbe.

Pour les mauvaises herbes déjà établies, le travail de sol, qui permet de couper le système racinaire et empêche la régénération végétative en plus de ramener les plantes à la surface du sol, représente une solution efficace, lorsque possible à réaliser. Sinon, une intervention herbicide avec un produit résiduel demeure toujours une option possible, et c'est encore mieux s'il est appliqué localement.
 
 
Toute intervention de contrôle d’un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des risques associés à l’utilisation des pesticides.


 
Cet avertissement a été rédigé par l’Équipe de malherbologie du Laboratoire d’expertise et de diagnostic en phytoprotection (LEDP) du MAPAQ et révisé par Louise Thériault, agr. (MAPAQ). Pour des renseignements complémentaires, vous pouvez contacter l’équipe de malherbologie ou le secrétariat du RAP. La reproduction de ce document ou de l’une de ses parties est autorisée à condition d’en mentionner la source. Toute utilisation à des fins commerciales ou publicitaires est cependant strictement interdite. 
mapaq
 

Organisation : Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ)
Auteur(s) : RAP - Réseau Malherbologie
Date de publication : 08 juin 2021
Infolettre Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP)

M'abonner au RAP

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.