Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Crucifères, Avertissement No 8, 23 juin 2022

Réseau d'avertissements phytosanitaires Avertissement - Crucifères
Encore cette semaine, les pluies abondantes et les températures fraîches ralentissent les opérations au champ. Les sols humides sont propices au développement de maladies du sol et de certains désordres physiologiques. Les larves de fausse-teigne des crucifères sont actives, tandis que l'activité de la plupart des insectes est ralentie par les conditions météo.

 
MALADIES et DÉSORDRES PHYSIOLOGIQUES

Les dernières semaines ont été marquées par des pluies abondantes et des températures fraîches dans plusieurs secteurs. Ces conditions compliquent et/ou retardent les opérations au champ. Le sol frais et humide est favorable au développement des maladies du sol telles que la fonte des semis/tige noire et la hernie des crucifères. À noter que les symptômes de la hernie des crucifères sont davantage visibles une fois le sol asséché et que les conditions sont plus chaudes et sèches. Également, de légers symptômes de mildiou (crucifères-racines) et de tache bactérienne (jeunes transplants de crucifères-feuilles/fleurs) ont été observés. Ces maladies sont, elles aussi, favorisées par les conditions météorologiques actuelles. Enfin, on rapporte quelques symptômes de taches alternariennes (Alternaria sp.) sur les vieilles feuilles de crucifères-feuilles/fleurs. À noter que bien que l'humidité soit au rendez-vous, les conditions de température sont, pour le moment, défavorables à la germination des conidies pour Alternaria brassicicola et Alternaria brassicae. Le temps à venir pourrait toutefois la favoriser. Surveillez vos champs, particulièrement ceux qui seront récoltés prochainement, afin de détecter la présence de ces maladies et intervenir pour protéger les cultures si nécessaire.

Enfin, plusieurs plants borgnes sont observés dans les plantations de crucifères-feuilles/fleurs. Différents facteurs peuvent induire ce type de dommages, tant d'origine abiotique que parasitaire. Par exemple, une carence minérale (ex. : bore), un dommage physique (ex. : désherbage mécanique) ou des transplants en mauvais état peuvent être en cause. En effet, une fertilisation inadéquate ou une mauvaise assimilation des éléments nutritifs, tant en serre qu'au champ, ou une transplantation de plants étiolés ou de faible vigueur, peuvent occasionner ce genre de désordre. Par ailleurs, les plants borgnes peuvent être attribuables aux dégâts de larves de cécidomyie du chou-fleur. En général, l'avortement d'un point de croissance à la suite d'un dégât de cécidomyie du chou-fleur présente une cicatrice liégeuse caractéristique (photos 4 et 5 dans la fiche technique).
 
Image Agri-Réseau

Plant borgne

CIEL



INSECTES RAVAGEURS

L'activité de la cécidomyie du chou-fleur est observée sur plusieurs sites du Réseau de piégeage de la cécidomyie du chou-fleur du RAP Crucifères. Les larves de fausse-teigne des crucifères sont observées jusqu'à la hauteur de la Capitale-Nationale et des traitements sont en cours afin de protéger le coeur des plants. Les autres ravageurs des crucifères sont actifs, mais avec une intensité généralement faible, notamment en raison des conditions météorologiques actuelles.

La ponte de la mouche du chou est toujours en baisse. Les larves sont principalement observées dans les champs non traités ainsi que dans ceux traités plus tôt en saison et dont la rémanence des produits au semis/transplantation tire à sa fin. Le dépistage destructif (arracher les plants) est souvent fort utile pour trouver les larves cachées dans la tige et les racines des plants.
 
Rappel concernant l'utilisation du chlorpyrifos contre la mouche du chou :
Concernant l'utilisation du chlorpyrifos, l’Ordre des agronomes du Québec (OAQ), en collaboration avec le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) et divers intervenants du milieu, a publié le Guide des bonnes pratiques visant une utilisation raisonnée du chlorpyrifos dans les crucifères. Dans ce document, vous trouverez une foule de renseignements, notamment les produits de remplacement du chlorpyrifos qui doivent être appliqués au semis ou à la plantation, ainsi que des arbres décisionnels pour appuyer la justification agronomique. À noter que pour les crucifères-feuilles et fleurs, l'utilisation du chlorpyrifos ne peut pas être justifiée à la plantation puisqu'il existe des solutions de rechange. Dans les crucifères-racines, la justification n'est possible que si l'intervention est nécessaire. Le tableau de la section 6.2 Gérer le risque de ce guide (p. 28) présente les usages à éviter. Par ailleurs, sachez que le chlorpyrifos a été interdit à l'hiver 2022 aux États-Unis; cette matière active ne peut donc plus être utilisée sur les crucifères destinées au marché états-unien. Pour plus d'information, consultez les liens suivants : US EPA et Regulation.gov.

Pour toute information concernant les produits phytosanitaires homologués dans les crucifères, consultez les bulletins d'information N° 1 (herbicides) 2022, N° 2 (insecticides) 2022 et N° 3 (fongicides) 2021. Veuillez noter que la version 2022 du bulletin fongicides sera bientôt disponible. 
 
 
Toute intervention envers un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des pesticides et de leurs risques.
 

 
Cet avertissement a été rédigé par Isabel Lefebvre, M. Sc. (CIEL) et Mélissa Gagnon, agronome (MAPAQ), puis révisé par la Direction de la phytoprotection (MAPAQ). Pour des renseignements complémentaires, vous pouvez contacter les avertisseures du réseau Crucifères ou le secrétariat du RAP. La reproduction de ce document ou de l’une de ses parties est autorisée à condition d'en mentionner la source. Toute utilisation à des fins commerciales ou publicitaires est cependant strictement interdite.
Image Agri-Réseau

Organisation : Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ)
Auteur(s) : RAP - Réseau Crucifères
Date de publication : 23 juin 2022
Infolettre Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP)

M'abonner au RAP

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.