Ajouté à Mes favoris.

    Chargement en cours

    Nouveau

    17 mai 2018 Crucifères, Avertissement No 2, 17 mai 2018
    Le temps chaud et sec des derniers jours facilite les travaux au champ, bien que le recours à l’irrigation soit souvent nécessaire pour assurer une levée uniforme des semis et une bonne reprise des transplants au champ. Surveillez les altises et les œufs de la mouche du chou dont la présence a été rapportée dans les régions du sud du Québec.   CONDITIONS CLIMATIQUES ET TRAVAUX EN COURS   Les prévisions de gel dans les régions du nord du Québec freinent la mise en terre des crucifères, tandis que les semis et les plantations vont bon train dans les régions plus au sud (de la Montérégie à la Capitale-Nationale). D’ailleurs, le recours à l’irrigation est nécessaire dans plusieurs de ces régions pour pallier le manque d’eau et les désordres physiologiques qui en découlent (ex.: carences en bore et molybdène). Le temps chaud et sec favorise également la croissance des mauvaises herbes. Pour bien les contrôler, il est important de planifier les stratégies de gestion des mauvaises herbes, puisque plusieurs facteurs, dont les conditions environnementales, influencent l’efficacité des herbicides. Pour en savoir davantage à ce sujet, consultez la fiche Être bien préparé pour le début de la saison, à partir de la page 5.    INSECTES   Avec le temps chaud et sec, la présence d’altises (des navets et des crucifères) a été rapportée, parfois dans les champs, parfois en bordure de ceux-ci, dans les régions à proximité de Montréal et de la Capitale-Nationale. Par endroits, le vent semble avoir ralenti leur activité pour le moment. À d’autres, on la surveille de près pour intervenir lorsque nécessaire, car elles peuvent endommager sérieusement les plantules. Quant aux mouches du genre Delia (ex.: mouche du chou), les premiers œufs ont été observés dans les régions situées autour de Montréal. Toutefois, ce sont les œufs des mouches des semis (D. florilega et/ou D. platura), des espèces qui sont attirées par la matière organique, qui ont été identifiés en ... lire la suite >>

    Nouveau

    16 mai 2018 Crucifères, Bulletin d'information No 3, 11 mai 2018
    Fongicides homologués dans les cultures de crucifères en 2018

    Mise à jour

    10 mai 2018 Crucifères, Fiche technique : Être bien préparé pour le début de la saison
    Être bien préparé pour le début de la saison

    Nouveau

    10 mai 2018 Crucifères, Avertissement No 1, 10 mai 2018
    Les premières altises ont été observées et la mouche du chou sera là sous peu. Il est important de commencer le piégeage de la cécidomyie dès l’implantation et de prévoir le dépistage pour divers insectes. Évitez des problèmes phytosanitaires par des pratiques préventives. Attention aux désordres physiologiques.     Les semis et plantations de plusieurs crucifères sont commencés dans la plupart des régions. Le temps frais et humide des dernières semaines a occasionné du stress aux jeunes plants, notamment dans les zones où le drainage est imparfait (asphyxie racinaire) et dans les sols où une croûte de battance s’est formée (étranglement du collet par temps venteux).   INSECTES   Avec le retour du soleil et l’augmentation des températures journalières, les premières altises ont été observées dans certains champs à proximité de Montréal. Aussi, selon le modèle prévisionnel NEWA de l’Université Cornell, il semble que les premières émergences de la mouche du chou soient attendues d’ici la fin de la semaine dans le sud du Québec. D’ailleurs, le stade de la barbarée vulgaire, plante dont la floraison coïncide avec la ponte de la première génération de la mouche du chou, est au stade de bouton floral dans ces régions. Au cours des prochaines semaines, le dépistage des champs sera donc de mise, puisqu’une hausse de l’activité des altises des crucifères, des altises des navets et de la mouche du chou est à prévoir. Nous vous rappelons qu’il est important de commencer le piégeage de la cécidomyie du chou-fleur à l’aide des pièges à phéromone dès l’implantation des cultures de crucifères, puisque l’émergence de ce ravageur est difficile à prévoir autrement.     MALADIES ET DÉSORDRES   Des symptômes de la fonte des semis pourraient apparaître bientôt dans les champs. À cet égard, plusieurs problèmes phytosanitaires affectant les cultures de crucifères peuvent être limités par l’utilisation de pratiques agricoles préventives dès le début de saison. ... lire la suite >>
    09 mai 2018 Crucifères, Bulletin d'information No 2, 9 mai 2018
    Insecticides homologués dans les cultures de crucifères en 2018

    Mise à jour

    10 mai 2018 Crucifères, Bulletin d'information No 1, 7 mai 2018
    Herbicides homologués dans les cultures de crucifères en 2018

    Mise à jour

    18 mai 2018 Crucifères, Fiche technique : Cécidomyie du chou-fleur
    Cécidomyie du chou-fleur
    31 août 2017 Crucifères, Avertissement No 16, 31 août 2017
    À surveiller : même si la saison avance, la protection contre les insectes et les maladies des crucifères se poursuit. Dernier envoi régulier pour la saison.     Bien que très peu de précipitations soient tombées au cours de la dernière semaine, les températures plus fraîches ainsi que les fortes rosées matinales ont fait en sorte que le feuillage des crucifères demeurait mouillé plus longtemps. Une période de mouillure prolongée du feuillage favorise le développement de maladies, ce qui explique que certains de nos collaborateurs aient observé une évolution des taches alternariennes (Alternaria brassicae et Alternaria brassicicola), de la pourriture sclérotique et de la nervation noire. Lorsque nécessaire, des fongicides homologués ont été appliqués. La liste de ces produits est disponible dans le bulletin d’information N° 2 du 10 mai 2017.   Aussi, le contraste de température entre le jour et la nuit a occasionné de l’œdème sur des choux à certains endroits.     RÉSEAU DE PIÉGEAGE DE LA CÉCIDOMYIE DU CHOU-FLEUR 2017 – DONNÉES PAR RÉGION     Malgré qu’elles soient très variables d’un site à un autre, on note une hausse des captures de la cécidomyie du chou-fleur dans les pièges à phéromone de certains des sites suivis par le réseau de piégeage de ce ravageur. Consultez le tableau qui suit pour connaître les niveaux d’infestation dans votre région :     Des dommages (ex. : avortement du point de croissance [plant borgne], feuilles tordues et présence de cicatrices liégeuses près du point de croissance) plus importants ont également été rapportés. Actuellement, le seuil d’intervention dans les cultures maraîchères au Québec est atteint aussitôt qu’il y a présence de l’insecte dans les pièges à phéromone. Des essais réalisés au Québec ont démontré que des dommages importants pouvaient être causés par la cécidomyie du chou-fleur au-delà de ce seuil si les crucifères ne sont pas protégées par des traitements.   ... lire la suite >>
    24 août 2017 Crucifères, Avertissement No 15, 24 août 2017
    À surveiller : le développement des maladies et les ravageurs tels que la cécidomyie du chou-fleur, les thrips, les pucerons et les chenilles défoliatrices. Dans l’ensemble, les récoltes de crucifères vont bon train! Toutefois, la présence de maladies demeure inquiétante dans les champs infectés. Les plants arrivent à maturité et les symptômes progressent jusqu’à la partie commercialisable, et ce, principalement dans les crucifères-feuilles. En effet, l’évolution des taches alternariennes (Alternaria brassicae et Alternaria brassicicola), de la pourriture sclérotique et de la nervation noire a été rapportée dans plusieurs régions dépistées par nos collaborateurs. Soyez attentif à l’apparition des premiers symptômes ainsi qu’à leur développement afin d’intervenir au bon moment. Les fongicides homologués contre les maladies des crucifères sont présentés dans le bulletin d’information N° 2 du 10 mai 2017.   RÉSEAU DE PIÉGEAGE DE LA CÉCIDOMYIE DU CHOU-FLEUR 2017 - DONNÉES PAR RÉGION Les captures de cécidomyie du chou-fleur dans les pièges à phéromone se poursuivent dans l’ensemble des régions. Les niveaux de captures demeurent très variables d’un site à un autre. Consultez le tableau qui suit pour connaître les niveaux d’infestation dans votre région : Actuellement, le seuil d’intervention dans les cultures maraîchères au Québec est atteint aussitôt qu’il y a présence de l’insecte dans les pièges à phéromone. Des essais réalisés au Québec ont démontré que des dommages importants pouvaient être causés par la cécidomyie du chou-fleur au-delà de ce seuil si les crucifères ne sont pas protégées par des traitements.     AUTRES RAVAGEURS     Encore cette semaine, la présence de chenilles défoliatrices (fausse-teigne des crucifères, fausse-arpenteuse du chou et piéride du chou), de thrips et de pucerons a été rapportée dans l’ensemble des régions. Des œufs et des asticots de mouches du genre Delia (mouche du chou et mouche des semis) ont ... lire la suite >>
    17 août 2017 Crucifères, Avertissement No 14, 17 août 2017
    À surveiller : À nouveau, le développement des maladies par endroits et les ravageurs tels que la cécidomyie du chou-fleur, les thrips, les pucerons et les chenilles défoliatrices.     Le soleil était au rendez-vous au cours de la dernière semaine! Bien que les quelques épisodes de pluie aient favorisé le développement des plants dans la plupart des régions, le recours à l’irrigation était nécessaire à proximité de la Capitale-Nationale, tandis que certains champs de la Montérégie ont à nouveau souffert d’un surplus d’eau. Toujours à proximité de la Capitale-Nationale, des cas de brûlure de la pointe, qui résulte d’une carence en calcium sur certaines crucifères telles que les choux-fleurs et qui est souvent induite par des apports irréguliers en eau, ont été rapportés.     MALADIES     Une hausse légère de l’évolution des symptômes de plusieurs maladies, notamment les taches alternariennes (Alternaria brassicae et Alternaria brassicicola), la pourriture sclérotique et la nervation noire, a été rapportée dans l’ensemble des régions dépistées par nos collaborateurs. Soyez attentif à leur développement et appliquez des fongicides homologués au bon moment. Il est important de se rappeler que la plupart des fongicides sont efficaces lorsqu’ils sont utilisés de manière préventive. Le moment d’application est précisé dans la colonne Remarques du bulletin d’information N°2 du 10 mai 2017 ainsi que sur l’étiquette d’homologation de chacun des produits.     RÉSEAU DE PIÉGEAGE DE LA CÉCIDOMYIE DU CHOU-FLEUR 2017 – DONNÉES PAR RÉGION     Les captures de cécidomyie du chou-fleur dans les pièges à phéromone se poursuivent dans l’ensemble des régions. Les niveaux de captures demeurent très variables d’un site à un autre. Consultez le tableau qui suit pour connaître les niveaux d’infestation dans votre région :   Des dommages (ex. : avortement du point de croissance [plant borgne]), des feuilles tordues et la présence ... lire la suite >>
    1 à 10 sur 283