Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
494 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)

Mise à jour

09 août 2022
Opérations préventives dans la culture du poinsettia.  
Cultures maraîchères en serre, Alerte No 1, 27 juillet 2022
27 juillet 2022
Un cas de mildiou du basilic dépisté.   MILDIOU DU BASILIC   Un cas de mildiou du basilic a été dépisté cette semaine dans une serre froide de la région de l'Estrie.       Cas probable de mildiou du basilic Julie Marcoux, technologue (MAPAQ) Cette maladie, causée par le champignon Peronospora belbahrii, s'installe normalement au Québec autour de la mi-août. Parions que les conditions chaudes et humides des derniers jours ont permis son développement. Rappelons que la progression de la maladie est fulgurante. Dans une période de 48 heures, elle peut rapidement affecter toute la culture.   Ce bulletin d'information explique les symptômes à surveiller et les stratégies de lutte à mettre en place contre ce ravageur.   La stratégie préventive rapportée la plus efficace à ce jour consiste à réaliser des périodes de déshumidification au minimum aux 3 à 4 heures. Pour ce faire, il faut démarrer le chauffage pendant un minimum de temps, et ce, peu importe la température observée, tout en ventilant la serre. Le résultat sera une baisse de l'hygrométrie pendant ces périodes. Ceci contrera le mildiou du basilic, qui nécessite de courtes périodes d'humidité élevée pour proliférer.   Toute intervention envers un ennemi des cultures doit être précédée d’un dépistage et de l’analyse des différentes stratégies d’intervention applicables (prévention et bonnes pratiques, lutte biologique, physique et chimique). Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) préconise la gestion intégrée des ennemis des cultures et la réduction des pesticides et de leurs risques.   Cette alerte a été rédigée par Philippe-Antoine Taillon, agronome (MAPAQ) et révisée par la Direction de la phytoprotection (MAPAQ). Pour des renseignements complémentaires, vous pouvez contacter les avertisseurs du réseau Cultures maraîchères en serre ou le secrétariat du RAP. La reproduction de ce document ou de l’une de ses parties est autorisée à condition Lire la suite
Cultures maraîchères en serre, Avertissement No 13, 25 juillet 2022
25 juillet 2022
Gestion du risque lié à Botrytis et aux autres maladies d’humidité. Publication périodique et prévisions pour les cinq prochains jours du rayonnement solaire global, de la température moyenne et de l’humidité relative moyenne.   GESTION DU RISQUE LIÉ AUX MALADIES D’HUMIDITÉ TELLE BOTRYTIS   Les conditions météorologiques favorisent les maladies liées à l’humidité telles Botrytis (moisissure grise), Cladosporium (moisissure olive dans la tomate), Dydimella (chancre gommeux dans le concombre), Sclerotinia, etc. Bien que ces maladies soient causées par des organismes différents, la protection contre ces ravageurs est basée avant tout sur des méthodes préventives et une bonne gestion du climat. Certaines règles de base doivent être mises de l’avant pour une lutte efficace.   Créer des conditions de culture défavorables au ravageur avec du chauffage (qui permet d’assécher les plantes et les serres), une conduite sans excès de végétation et une irrigation modérée. Selon la maladie présente, des pulses de chauffage devront être réalisés aux 4 à 12 heures pour obtenir un contrôle. Lors de journées très chaudes, certains automates n’effectueront pas les pulses de chauffage programmés. Il faut ainsi prévoir le coup et s’assurer que les réglages programmés s’effectuent. L’évacuation régulière hors de la serre des feuilles issues de l’effeuillage permettra de réduire l’hygrométrie à proximité des plantes.   Le travail sur les plantes, notamment l’effeuillage, doit être fait avec le plus grand soin et dans des conditions asséchantes (début de journée/journée ensoleillée) pour éviter l’installation de la maladie sur les blessures. L’effeuillage doit être réalisé avec soin pour éviter de laisser des moignons. De bons résultats sont généralement plus faciles à obtenir en effeuillant à l’aide d’un couteau. Pour certaines maladies (ex. : cladosporiose), un effeuillage avec évacuation des feuilles hors de la serre peut réduire l’inoculum et la propagation Lire la suite
Cultures maraîchères en serre, Avertissement No 12, 12 juillet 2022
12 juillet 2022
Problèmes de fertilisation. Qualité des fruits. Bilan du rayonnement solaire du mois de juin. Publication périodique du tableau du rayonnement solaire global. Prévisions de rayonnement solaire pour les cinq prochains jours.   PROBLÈMES DE FERTILISATION De nombreux collaborateurs rapportent des problématiques liées à la fertilisation. La plupart sont causées par des carences en magnésium. Avec la luminosité élevée des dernières semaines, les cultures poussent rapidement et des problèmes mineurs de fertilisation mènent rapidement à des carences majeures. Dans les cultures en plein sol ou en bacs de terreau hors-sol, il est fréquent d'observer l’abondance de racines à l’endroit où la fertilisation est appliquée. Cette constatation devrait alerter les producteurs et les conseillers qui la font et mener à certains questionnements.   Racines abondantes à la surface du terreau Dany Boudreau, technologue (Climax Conseils)   En début de récolte, l’équilibre entre les cations Ca++, K++ et Mg+ est précaire dans la solution du sol ou du substrat dans la plupart des légumes cultivés en serre. Si des ajustements ne sont pas réalisés aux pratiques de fertilisation en place, des carences en magnésium peuvent apparaître dans des cultivars sensibles (p. ex. Trust), comme c’est souvent le cas à ce moment-ci de l’année.  Normalement, des modifications à la recette de fertilisation en place permettent de corriger le problème. Dans certains cas, les carences sont si avancées que des pulvérisations foliaires sont nécessaires pour corriger la situation. Ces carences mènent très souvent à des problématiques plus graves liées à la moisissure grise (Botrytis cinerea). Non seulement ceci peut apporter des pertes importantes de production, mais il faut aussi prévoir de laborieux passages répétés pour élaguer les tissus infectés par la moisissure grise.       Carence sévère en magnésium dans une culture de tomates en serre 1. Vue d’ensemble Lire la suite
Cultures maraîchères en serre, Avertissement No 11, 7 juin 2022
07 juin 2022
  DES PUNAISES DE TOUTES LES SORTES… ET DES CHRYSOMÈLES C’était prévisible, les punaises et la chrysomèle rayée du concombre ont fait leur apparition, comme chaque année, autour de la semaine 21. Il est probable que leur apparition sera plus hâtive dans les années à venir, à cause des changements climatiques. On retrouve présentement, dans les serres de concombre, la chrysomèle rayée du concombre (Acalymma vittatum) et la punaise terne (Lygus lineolaris) qui sont deux ravageurs relativement faciles à distinguer.   Adulte de la chrysomèle rayée du concombre Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection (MAPAQ) Adulte de la punaise terne Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection (MAPAQ) Mais, on retrouve aussi la punaise de la courge (Anasa tristis) et la punaise de la courge cornue (Anasa armigera) qui sont deux ravageurs très similaires.   Adulte de la punaise de la courge Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection (MAPAQ) Adulte de la punaise de la courge cornue Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection (MAPAQ)   Les bonnes pratiques pour gérer ces ennemis sont disponibles dans les fiches techniques suivantes : Punaise terne dans le poivron en serre Chrysomèle rayée du concombre en serre Punaise de la courge et la punaise de la courge cornue   Malheureusement, les connaissances actuelles ne permettent pas de bien comprendre le comportement de ces ravageurs. Par exemple, les sites d’hibernement des punaises et des chrysomèles sont peu connus, empêchant les producteurs aux prises avec ce ravageur d’agir sur la première génération d’individus.   De plus, peu de solutions sont disponibles pour lutter contre la chrysomèle et les punaises. D’un autre côté, ce sont de gros insectes, la lutte physique est possible en évitant leur entrée dans les serres grâce aux moustiquaires. Sinon, il faut les capturer et les détruire.   Aucun insecticide n’est Lire la suite
07 juin 2022
Insecticides, bio-insecticides, acaricides et bioacaricides homologués en 2022 dans les principales cultures maraîchères et fruitières en serre
27 mai 2022
Fongicides et biofongicides homologués en 2022 dans les principales cultures maraîchères et fruitières en serre
Cultures maraîchères en serre, Avertissement No 10, 17 mai 2022
17 mai 2022
Dommages d’herbicide. Beaucoup de criquets. Augmentation de la présence d’oïdium. Bilan du rayonnement solaire du mois d’avril. Publication périodique du tableau du rayonnement solaire global. Prévisions de rayonnement solaire pour les cinq prochains jours. Attention à la chrysomèle rayée du concombre! Publication des bulletins sur les insecticides, acaricides et fongicides homologués en 2022.   DOMMAGES D’HERBICIDE   Des dommages probablement liés à l’application d’un herbicide dans une serre ont été rapportés par une collaboratrice. Les symptômes correspondent à une phytotoxicité et suivent tout juste l’application de l’herbicide dans quelques allées de la serre.   Dommages sur plant de poivron Nathalie Simard (Groupe multiconseil agricole du Saguenay–Lac-Saint-Jean) Dommages sur plant de tomate Nathalie Simard (Groupe multiconseil agricole du Saguenay–Lac-Saint-Jean) Il faut éviter à tout prix d’utiliser des herbicides dans une serre; certains produits herbicides ont une rémanence qui peut aller jusqu’à 12 mois. Plusieurs moyens peu dispendieux alternatifs aux herbicides peuvent être mis de l’avant pour contrôler les mauvaises herbes dans une serre. Le plus utilisé est certainement le couvre-sol opaque. BEAUCOUP DE CRIQUETS Les collaborateurs rapportent beaucoup de criquets dans les serres conduites en régie biologique en plein sol. Les dommages au feuillage sont dans certains cas plus problématiques que d’autres, surtout pour les cultures dont le feuillage est la partie vendable. Dans les photos ci-dessous, on note des dommages causés par les criquets dans une culture de basilic.   Dommages de criquets sur plant de basilic Julie Marcoux (MAPAQ Estrie) Criquet sur plant de basilic Julie Marcoux (MAPAQ Estrie) Malheureusement, aucun insecticide n’est homologué contre ce ravageur et les pièges collants ont bien peu d’efficacité. Comme c’est le cas pour la chrysomèle rayée du concombre, il faut utiliser tous les moyens Lire la suite
Cultures maraîchères en serre, Avertissement No 9, 20 avril 2022
20 avril 2022
Arrivée de certains ravageurs. Pénurie de plantes banques pour la lutte aux pucerons. Des gaz nocifs pour les cultures. Publication périodique du tableau du rayonnement solaire global.    ARRIVÉE DE CERTAINS RAVAGEURS Quelques nouveaux ravageurs ont été retrouvés la semaine passée (semaine 16) par les collaborateurs au réseau. La punaise de la famille des Miridae Microtechnites bractatus a notamment fait son apparition dans le basilic et l’aubergine. L’an passé, ce ravageur avait été retrouvé pour la première fois à la semaine 17, c’est donc dire que son apparition est plus hâtive cette année. Rappelons que dans l’aubergine, dont Microtechnites est très friande, aucun insecticide n’est homologué contre les punaises.   Microtechnites bractatus - Adulte femelle Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection (MAPAQ) Microtechnites bractatus - Larve Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection (MAPAQ) Des cloportes ont aussi été recensés dans une culture de concombres. Ce crustacé qui a fait l’objet de plusieurs essais en 2007 touche de plus en plus d’entreprises qui cultivent en plein sol. Pour se protéger de ce ravageur, certains producteurs utilisent des pots sans fond, tandis que d’autres placent des collets protecteurs enduits ou non de colle de type « Tanglefoot ». Ces dispositifs empêcheraient les cloportes de monter sur la tige et de dévorer les plantes. Aucun produit phytosanitaire ne semble fonctionner sur ce ravageur.   Cloportes sur une tige de concombre André Carrier Cloportes dans la tige d'un plant de tomate André Carrier   Pot en plastique sans fond Philippe-Antoine Taillon, agr. (MAPAQ)   Collet protecteur avec colle autour d'une tige de concombre André Carrier PÉNURIE DE PLANTES BANQUES POUR LA LUTTE AUX PUCERONS Le principal fournisseur de plantes banques pour aider dans la lutte aux pucerons nous a informés qu’il était dans l’impossibilité d’honorer les commandes de plantes banques pour le moment. Lire la suite
Cultures maraîchères en serre, Avertissement No 8, 5 avril 2022
05 avril 2022
Bilan du mois de mars. Publication périodique du tableau du rayonnement solaire global.    BILAN DU MOIS DE MARS   Rayonnement solaire global (joules/cm²) du 1er au 31 mars Région (station Agrométéo Québec) 2022 2021 Potentiel maximal Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine (New Richmond) 38 547 42 988 57 306 Chaudière-Appalaches (Beauceville) 33 454 41 632 60 157 Mauricie (Trois-Rivières) 34 086 40 288 59 936 Centre-du-Québec (Victoriaville) 32 926 42 999 60 388 Abitibi-Témiscamingue (Rouyn) 34 392 37 565 57 208 Outaouais (Masson) 38 798 45 689 61 053 Laurentides (Mirabel) 39 849 48 144 60 991 Lanaudière (L'Assomption) 36 724 43 504 60 695 Saguenay–Lac-Saint-Jean (Saint-Coeur-de-Marie) 37 986 39 390 56 584 Capitale-Nationale (Québec) 34 450 40 708 59 297 Côte-Nord (Sept-Îles) 33 793 35 537 54 309 Montérégie-Ouest (Sainte-Clotilde) 36 205 40 779 61 611 Montérégie-Est  (Saint-Liboire) 35 706 44 255 60 929 Estrie (Sherbrooke) 32 497 41 535 61 243 Bas-Saint-Laurent (Saint-Fabien) 35 313 37 036 57 171   Le mois de mars 2022 a été très sombre. Pour l’ensemble des régions, c’est 16 % moins de rayonnement solaire qu’en 2021.   Pour toutes les cultures, un rayonnement solaire inférieur représente des rendements à venir plus faibles. En plus, et dans certains cas, un rayonnement solaire plus faible peut favoriser des problèmes de qualité des fruits comme les fruits loculaires (ou à facettes) dans la tomate. Afin de limiter ce type de problème abiotique, il est essentiel de conduire la culture à une température adaptée au rayonnement solaire reçu. En d’autres termes, la température de croissance devrait être plus haute lorsque le rayonnement solaire reçu est élevé et elle devrait être plus basse lorsque le rayonnement solaire est plus faible. C’est entre autres pour cette raison que le rayonnement global de la semaine est publié sous forme de tableau chaque semaine.   PUBLICATION PÉRIODIQUE DU TABLEAU DU RAYONNEMENT SOLAIRE GLOBAL Lire la suite
1 à 10 sur 494
Infolettre Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP)

M'abonner au RAP

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.