Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
199 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)
Pépinières ornementales, Avertissement No 4, 25 mai 2022

Nouveau

25 mai 2022
Brûlure bactérienne du lilas. Autres ennemis observés.   BRÛLURE BACTÉRIENNE DU LILAS   Symptômes de brûlure bactérienne (Pseudomonas syringae) sur le lilas Photo : IQDHO Ce printemps, nos collaborateurs n’ont pas observé beaucoup de lilas (Syringa sp.) affectés par Pseudomonas syringae. Toutefois, la température fraîche et pluvieuse des derniers jours pourrait avoir favorisé la maladie dans certaines régions. Cette semaine, on nous a rapporté quelques cas en Montérégie et dans la région de Québec. À cette période de l’année, l’application de fongicides n’est pas efficace. Pour prévenir la réapparition du problème dans un lot de lilas l'an prochain, il faut prévoir une application d’un fongicide homologué à l’automne avant de mettre les protections hivernales, et tôt au printemps au moment du retrait de ces couvertures. Les symptômes de maladie apparaissent généralement au mois de mai : les jeunes tiges prennent la forme d’une crosse noircie. Il faut couper les branches atteintes par temps sec, 15 cm sous la lésion. Rappelons qu’il est préférable de fertiliser les plants après les derniers risques de gel. En effet, une fertilisation trop hâtive favoriserait une croissance luxuriante des plants, les rendant ainsi plus vulnérables à cette maladie.   Fiche technique Brûlure bactérienne du lilas   AUTRES OBSERVATIONS   Des larves d’hyponomeute du fusain (Yoponomeuta cagnagella) ont été observées dans différentes espèces d’Euonymus dans la région de Montréal. Elles se nourrissent des feuilles enroulées dans leurs toiles et peuvent défolier les plants de façon importante. Les larves sont jaunâtres et des points noirs sont disposés en deux lignes sur leur dos. Lorsque c’est possible, couper les branches qui portent les toiles et les détruire. Des insecticides sont homologués contre ces tisseuses, mais les toiles protègent les larves, rendant les applications plus difficiles. Dépistage et taille dans le genévrier : En Montérégie, Lire la suite

Mise à jour

17 mai 2022
Tétranyque de l'épinette

Mise à jour

17 mai 2022
Brûlure bactérienne des rosacées
Pépinières ornementales, Avertissement No 3, 17 mai 2022

Nouveau

17 mai 2022
Prévention de la brûlure bactérienne des rosacées dans les pommiers. Dépistage dans le thuya.   PRÉVENTION DE LA BRÛLURE BACTÉRIENNE DES ROSACÉES DANS LES POMMIERS    Malus sp. en pleine floraison Photo : IQDHO Le temps est propice aux infections à la brûlure bactérienne des rosacées (Erwinia amylovora) et des traitements préventifs sont recommandés pour éviter des pertes importantes. En effet, les pommetiers, les pommiers et les poiriers sont en fleurs dans plusieurs régions du Québec. Le stade « bouton rose » a été atteint dans les vergers de pommiers de la plupart des secteurs. La pleine floraison est atteinte en Montérégie et attendue entre le 16 mai (Laurentides) et le 27 mai (Québec), selon les prévisions du Réseau-pommier. Le principal mode d’infection de la brûlure bactérienne des rosacées est le transport de la bactérie Erwinia amylovora sur les fleurs par les insectes pollinisateurs. La bactérie se multiplie plus rapidement par temps chaud et humide.    D’autre part, pour qu’il y ait infection, de l’eau doit être présente sur la fleur. Même s’il ne pleut pas, l’irrigation par aspersion, une pulvérisation foliaire ou la rosée peuvent suffire à déclencher l’infection. Il faut donc éviter de mouiller les arbres pendant la floraison. Les pépinières ayant un historique de brûlure bactérienne sont plus sujettes à l'apparition de nouvelles infections. Différents fongicides, dont des biopesticides, auront un effet contre la bactérie et sont homologués pour lutter contre la brûlure bactérienne au stade « floraison ». Il est essentiel de bien lire le mode d’emploi pour obtenir une efficacité optimale de ces produits. Les traitements ne protègent que les fleurs ouvertes au moment de l’application. Fiche technique Brûlure bactérienne des rosacées   DÉPISTAGE DANS LE THUYA   Larve de tétranyque de l'épinette Photo : IQDHO Le tétranyque de l’épinette (Olygonychus ugunguis) est maintenant Lire la suite
13 mai 2022
Traitements préventifs contre différentes maladies foliaires des plantes ligneuses
11 mai 2022
Tavelure du pommier
Pépinières ornementales, Avertissement No 2, 11 mai 2022
11 mai 2022
Aureobasidium dans les hémérocalles. Taille phytosanitaire des rosiers.   AUREOBASIDIUM SUR LES HÉMÉROCALLES   Tache foliaire causée par Aureobasidium microstictum sur une feuille d'hémérocalle Photo : IQDHO Des taches foliaires, causées par Aureobasidium microstictum, ont été dépistées dans des hémérocalles (Hemerocallis sp.) cette semaine. La maladie a été observée sur des plants cultivés en serre et sur des plants en contenants à l’extérieur en Montérégie, dans les Laurentides et dans la région de Québec. Selon nos collaborateurs, le problème semble plus important qu’à l’habitude. Des taches vert foncé, d’apparence humide, se développent le long de la nervure principale de la feuille. Les taches jaunissent et deviennent brunes et sèches.   Aucun fongicide n’est homologué contre Aureobasidium dans les hémérocalles. Il faut donc appliquer des méthodes préventives pour limiter la contamination. Entretenez les plants lorsque le feuillage est sec. Retirez le vieux feuillage de l’année précédente qui peut porter des sclérotes qui survivent à l’hiver. Coupez les feuilles affectées. Désinfectez les outils entre chaque coupe. Ne travaillez pas dans d’autres lots d’hémérocalles après avoir manipulé des plants affectés. Réduisez au minimum les éclaboussures lors de l’irrigation, puisqu’elles répandent la maladie.   Fiche technique Tache foliaire de l’hémérocalle   TAILLE PHYTOSANITAIRE DES ROSIERS   Rosier endommagé par Fusarium oxysporum à la suite d'un stress hivernal Photo : IQDHO Des chancres ont été observés dans des rosiers cultivés en pépinière. Différents microorganismes peuvent être à l’origine de ces chancres ou de la perte (fanaison) de tiges, par exemple celui causant la tache noire du rosier, Diplocarpon rosea ainsi que Fusarium oxysporum. Il est important d’enlever les chancres afin d’éviter la propagation des maladies et le dépérissement des rosiers en culture. Lire la suite
10 mai 2022
Anthracnose sur plantes ligneuses
09 mai 2022
Lutte aux mauvaises herbes au printemps
Pépinières ornementales, Avertissement No 1, 4 mai 2022
04 mai 2022
Dessiccation hivernale des conifères. Taille en début de saison.   DESSICCATION HIVERNALE DES CONIFÈRES   Dommages de sécheresse hivernale sur des plants de Thuja occidentalis Photo : IQDHO Des dommages de sécheresse hivernale sur des conifères cultivés en pépinière et sur des éricacées ont été rapportés par nos collaborateurs. Les plantes ligneuses au feuillage persistant sont sujettes à perdre de l’eau par évaporation lors des redoux en hiver, ou au début du printemps. En effet, la transpiration a lieu alors que le sol est gelé et qu’il n’y a pas d’absorption racinaire. Le brunissement des aiguilles ou des rameaux est observable davantage dans la partie supérieure de l’arbre, soit à la hauteur où il n’y avait pas de neige durant l’hiver. Les dommages sont plus prononcés d’un seul côté pour l’ensemble d’une plantation. À ne pas confondre avec les dommages d’embruns salins près des routes.   Dommages de sécheresse hivernale sur un rhododendron Photo : IQDHO Il est important de savoir que le problème est abiotique, c’est-à-dire qu’il n’est pas causé par un agent pathogène. Il existe des mesures préventives pour limiter la problématique, comme fournir une irrigation adéquate des plantes sensibles durant l’automne. Certains cultivars et espèces sont plus sensibles et le choix de l’emplacement de leur plantation doit être prévu pour prévenir les risques de dessiccation hivernale. L’implantation d’un brise-vent peut aussi être envisagée comme solution à long terme. Pour les plants présentant des dommages cette année, attendez de bien voir la gravité des dommages et une légère repousse pour planifier une action comme la taille ou l’arrachage. Dans bien des cas, aucune opération n’est requise. Conifères : Dessiccation hivernale ou infestation de ravageurs? Jennifer Lewillyn (MAAARO) Fiche Sécheresse hivernale - Ressources naturelles Canada   TAILLE EN DÉBUT DE SAISON   Chancre causé par Phomopsis sur un poirier Photo : IQDHO C’est un bon Lire la suite
1 à 10 sur 199
Infolettre Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP)

M'abonner au RAP

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.