Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche 
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
Format
Type de contenu
Date de début
Date de fin
Régions
3175 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)
Grandes cultures, Avertissement No 16, 23 juillet 2024

Nouveau

23 juillet 2024
POURRITURE À SCLÉROTES DANS LE SOYA : RISQUES EN AUGMENTATION DANS PLUSIEURS RÉGIONS, IMPORTANCE D’ÉVALUER LES RISQUES CHAMP PAR CHAMP T. Copley1, V. Samson 2, B. Duval2 et J. Breault2 1. Chercheuse (CÉROM); 2. Agronome (MAPAQ) L’apparition des apothécies de la pourriture à sclérotes est favorisée par des conditions fraîches (moins de 25 °C) et un sol humide en surface (premiers 5 cm). Les conditions des derniers jours et des jours à venir augmentent le risque d’apparition des apothécies dans plusieurs régions, particulièrement dans les champs où les rangs sont fermés. Un champ pourrait donc être à risque si le soya est en floraison (stades R1 à R3). En plus des observations d’apothécies de la semaine dernière dans les régions de Chaudière-Appalaches, des Laurentides, de l’Estrie et de l’Outaouais, des apothécies ont aussi été observées dans un champ dans la région de Laval, à Sainte-Marthe en Montérégie-Ouest, à Saint-Bruno-de-Montarville et deux champs à Saint-Damase en Montérégie-Est. Les apothécies ont été observées dans des champs dont les rangs sont fermés depuis au moins deux semaines. Les risques d’apparition d’apothécies sont présentement élevés pour les régions de Chaudière-Appalaches, de l’Outaouais et des Laurentides. Pour la région de l’Estrie, les risques sont élevés dans le secteur de Lawrenceville, et modérés pour Windsor et Stratford. Les secteurs de Victoriaville au Centre-du-Québec, de Cap-Tourmente dans la Capitale-Nationale et de Frelighsburg en Montérégie-Est sont aussi à risque élevé pour l’apparition des apothécies. Les risques sont modérés pour les secteurs de Sainte-Geneviève-de-Batiscan et de La Croche en Mauricie, de Saint-Hilaire et de Saint-Bruno-de-Montarville en Montérégie-Est, et de Saint-Grégoire en Montérégie-Ouest. Ces risques sont présents pour la période allant jusqu’au 28 juillet. Les risques étant en augmentation dans plusieurs régions, évaluez la situation champ par champ pour le soya qui n’a pas encore atteint le stade Lire la suite
Grandes cultures, Avertissement No 20, 26 août 2022
26 août 2022
Ver-gris occidental du haricot : moment idéal pour dépister les larves dans les épis. Pourriture à sclérotes du soya : que faire en présence de la maladie à des stades avancés?   VER-GRIS OCCIDENTAL DES HARICOTS : MOMENT IDÉAL POUR DÉPISTER LES LARVES DANS LES ÉPIS M. Neau 1, J. Saguez 2, V. Samson 3 et S. Brousseau-Trudel 3 1. Coordonnateur du RAP GC (CÉROM)  2. Chercheur (CÉROM)  3. Agronomes (MAPAQ)   Les captures de papillons de ver-gris occidental du haricot (VGOH) sont maintenant faibles et la majorité des œufs pondus durant la période d’activité des papillons devraient avoir éclos. C’est le moment de l’année où des larves et des dommages (trous, galeries, présence d’excréments et de champignons pathogènes) peuvent être observés sur les épis. La taille des larves peut varier selon la région et les dates de ponte des masses d’œufs. Lorsque les larves sont dans les épis, elles sont protégées par les feuilles qui enveloppent les épis et un traitement phytosanitaire n’est plus pertinent. Un dépistage dans les champs est cependant utile pour plusieurs raisons : Vérifier que la stratégie adoptée au moment de la ponte a été efficace (traitement ou absence de traitement). S’assurer que les hybrides ayant la technologie Bt Viptera ont bien été protégés contre le VGOH. Déterminer quelle méthode de lutte pourrait être envisagée l’an prochain si les larves sont abondantes. Prioriser la récolte des champs les plus infestés : la présence de larves dans les épis pourrait augmenter les risques de développement de moisissures. Garantir un bon diagnostic : les dommages causés par les larves de VGOH peuvent être confondus avec ceux d’autres larves, d’où l’intérêt de dépister avant que les larves de VGOH ne s’enfouissent dans le sol pour passer l’hiver. Le dépistage des larves de VGOH peut se faire à 10 endroits bien répartis dans le champ sur 10 épis consécutifs par rang. Il est nécessaire d'éplucher les épis afin de bien voir les Lire la suite
13 juillet 2018
La pourriture à sclérotes chez le soya
Grandes cultures, Avertissement No 12, 30 juin 2022
30 juin 2022
Puceron du soya : premières observations en Montérégie. Légionnaire uniponctuée : faibles captures de papillons et dépistage de larves à envisager dans certains secteurs. Pourriture à sclérotes du soya : quels champs sont à risque? Altises, cécidomyie du chou-fleur, charançon de la silique et méligèthe des crucifères : situation dans le canola. Céréales : maladies à surveiller. Syndrome de croissance rapide : premières observations.     PREMIÈRES OBSERVATIONS DE PUCERONS DU SOYA EN MONTÉRÉGIE M. Neau 1, S. Boquel 2, B. Duval 3, J. Saguez 2 et V. Samson 3 1. Coordonnateur du RAP GC (CÉROM)  2. Chercheurs (CÉROM)  3. Agronomes (MAPAQ)   De faibles populations de puceron du soya ont été observées dans certains champs de la Montérégie, ce qui est habituel à la fin juin. La situation est loin d’être alarmante, d’autant plus que des ennemis naturels sont actifs, notamment des coccinelles. Ces dernières sont très efficaces pour contrôler les populations de pucerons. À partir du 11 juillet, le RAP Grandes cultures dépistera les pucerons dans une soixantaine de champs de soya et vous informera de l’évolution des populations dans les différentes régions productrices de soya au Québec.   Pour plus d’information sur le puceron du soya et sur l’identification des ennemis naturels, consultez le bulletin d'information Stratégie d’intervention recommandée au Québec contre le puceron du soya et la vidéo Le dépistage du puceron du soya en cinq points.   Pucerons prédatés par une coccinelle asiatique sur du soya Source : S. Mathieu, agr. (MAPAQ) LÉGIONNAIRE UNIPONCTUÉE : FAIBLES CAPTURES DE PAPILLONS et DÉPISTAGE DE LARVES À ENVISAGER DANS CERTAINS SECTEURS M. Neau 1, B. Duval 2, J. Saguez 3 et V. Samson 2 1. Coordonnateur du RAP GC (CÉROM)  2. Agronomes (MAPAQ)  3. Chercheur (CÉROM)   Depuis le début mai, les captures de papillons de la légionnaire uniponctuée sont faibles dans la majorité des pièges installés par Lire la suite
Grandes cultures, Avertissement No 16, 31 juillet 2020
31 juillet 2020
Cicadelle de la pomme de terre (luzerne, trèfle, soya); ver-gris occidental des haricots (maïs); tétranyques à deux points (soya); pourriture à sclérotes (soya); chrysomèle du haricot et autres insectes défoliateurs (soya) et puceron du soya.   CICADELLE DE LA POMME DE TERRE DANS LA LUZERNE : DÉPISTAGE RECOMMANDÉ Isabelle Fréchette, agr. (CÉROM), Stéphanie Mathieu, agr. (MAPAQ) et Huguette Martel, agr. (MAPAQ) Les populations de cicadelles de la pomme de terre continuent d’être une menace pour le rendement et la qualité des luzernières de plusieurs régions du Québec. Les conditions climatiques demeurent propices à la multiplication de l’insecte, et dans certains champs, les populations demeurent à des seuils élevés. Considérant l’impact que cet insecte peut avoir sur le rendement et la qualité du fourrage, les producteurs sont invités à dépister leurs prairies, en particulier les luzernières en implantation, dans lesquelles les impacts à long terme de l’insecte sont les plus importants. Pour optimiser les interventions, le dépistage doit se faire avant l’apparition des symptômes. Bien que la fauche ait permis de diminuer considérablement les populations au champ, les adultes, qui ont la capacité de se déplacer, peuvent infester à nouveau les champs. Un dépistage est à faire quand la repousse a atteint 5 à 10 cm. Si des symptômes ont été observés avant la fauche du champ, si les champs voisins démontrent des symptômes ou si des populations de cicadelles sont observées dans les cultures voisines de vos champs, il est fortement recommandé de procéder à un dépistage à l’aide d’un filet fauchoir.   Veuillez vous référer à la fiche technique La cicadelle de la pomme de terre dans la luzerne pour connaître les stratégies d’intervention, les méthodes de dépistage et en savoir plus sur la biologie de l’insecte. L’impact de la cicadelle de la pomme de terre sur le trèfle a été traité dans l’avertissement No 13 du 9 juillet 2020, et l’impact Lire la suite
05 août 2022
Grandes cultures, Avertissement No 17, 5 août 2022
03 août 2022
Grandes cultures, Avertissement No 16, 29 juillet 2022
Grandes cultures, Avertissement No 16, 13 août 2021
13 août 2021
CHRYSOMÈLES DES RACINES DU MAÏS : vidéo sur leur gestion. POURRITURE À SCLÉROTES DU SOYA : quelques champs sévèrement infectés. VER-GRIS OCCIDENTAL DES HARICOTS : captures en baisse, mais observation possible de pontes. PUCERON DU SOYA : diminution, excepté en Chaudière-Appalaches. LÉGIONNAIRE D'AUTOMNE dans le maïs-grain en Montérégie. CICADELLE DE LA POMME DE TERRE : état de la situation. CHRYSOMÈLE DU HARICOT : pas de dommages sévères constatés. DÉPISTAGE DES MAUVAISES HERBES en fin de saison. RÉSISTANCE et vigilance pour l'ÉRIOCHLOÉ VELUE.     NOUVELLE VIDÉO : COMMENT GÉRER LES CHRYSOMÈLES DES RACINES DU MAÏS? Julien Saguez, entomologiste (CÉROM), Mathieu Neau, entomologiste (CÉROM) et Brigitte Duval, agr. (MAPAQ) Les chrysomèles des racines du maïs constituent d’importants ravageurs du maïs, notamment les larves qui s’attaquent aux racines et peuvent entraîner des pertes de rendement. Une gestion intégrée de ce ravageur permet de réduire les risques de dommages et de développement de la résistance. Les connaissances actuelles sur les chrysomèles des racines du maïs au Québec sont regroupées dans une vidéo explicative créée par le Centre de recherche sur les grains (CÉROM), en collaboration avec le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), Corteva et les Producteurs de grains du Québec. Cette vidéo présente les chrysomèles observées au Québec et leur biologie, les dommages causés au maïs, les différentes méthodes de gestion intégrée, les hybrides Bt, la résistance des chrysomèles des racines du maïs au Bt et les façons de limiter le développement de cette résistance.   Cette vidéo a été financée par le MAPAQ, dans le cadre du volet 3 du programme Prime-Vert, et est liée à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture 2011-2021.   POURRITURE À SCLÉROTES DU SOYA : QUELQUES CHAMPS SÉVÈREMENT INFECTÉS Groupe de travail sur les maladies des grandes cultures Des cas sévères de pourriture à sclérotes (ou moisissure Lire la suite
Grandes cultures, Avertissement No 13, 8 juillet 2022
08 juillet 2022
Légionnaire uniponctuée : diminution des captures, dépistage de larves (champs à risque). Puceron du soya : présence en Montérégie, dépister avant tout traitement. Cicadelle de la pomme de terre : présence faible, sauf en Montérégie-Ouest. Criocères des céréales : quelques observations, mais rarement problématique. Cécidomyie du chou-fleur : certains champs semés tardivement sont à risque. Charançon de la silique : abondances élevées dans un nouveau champ en Capitale-Nationale. Altises du canola : faible risque de défoliation. Rouille jaune : présence dans quelques champs de blé d'automne. Pourriture à sclérotes du soya : risques lors des prochains jours? Fusariose de l'épi : évaluer le risque et stade d'intervention avec un fongicide. Pucerons dans les céréales : quelques cas mentionnés.     LÉGIONNAIRE UNIPONCTUÉE : LE PIC DE VOL DES PAPILLONS EST PASSÉ, LA SURVEILLANCE DES LARVES EST DE MISE DANS LES CHAMPS À RISQUE M. Neau 1, J. Saguez 2 et B. Duval 3 1. Coordonnateur du RAP GC (CÉROM)  2. Chercheur (CÉROM)  3. Agronome (MAPAQ)   Depuis la semaine dernière, les captures de papillons de légionnaire uniponctuée ont fortement diminué. Depuis le début mai, les captures sont globalement faibles, excepté dans quelques pièges localisés dans les régions de l’Abitibi-Témiscamingue, de Lanaudière, de la Montérégie-Est et de l’Outaouais (voir les données ici).   Considérant que les œufs auraient été pondus avant et pendant le pic de vol qui s’est produit la dernière semaine de juin, et tenant compte de la vitesse de développement de l’insecte, liée aux conditions climatiques actuelles (fraîches et humides) favorables à l’insecte, le RAP estime qu’il est temps de dépister les larves de légionnaire uniponctuée dans les champs à risque. Un dépistage des larves peut être envisagé dans les champs à risque situés dans des secteurs où des papillons ont été capturés, et ce, peu importe le nombre de papillons : Les champs de céréales de printemps Lire la suite
Grandes cultures, Avertissement No 15, 22 juillet 2022
21 juillet 2022
Puceron du soya : dépistage recommandé dans la plupart des régions. Altises à tête rouge : observées dans du maïs (stades végétatifs), mais pas d'inquiétude. Pourriture à sclérotes du soya : suivi et vigilance. Pucerons et virus de la jaunisse nanisante de l'orge : présence observée dans des céréales de printemps. Mauvaises herbes : dépistage et détection de résistances. Ravageurs du canola : situation tranquille. Ver-gris occidental des haricots : faibles captures de papillons, dépistage dans les champs à risque.   PUCERON DU SOYA : DÉPISTAGE RECOMMANDÉ DANS LA PLUPART DES RÉGIONS S. Mathieu 1, B. Duval 1, J. Breault 1, J. Saguez 2 et M. Neau 3 1. Agronomes (MAPAQ)  2. Chercheur (CÉROM)  3. Coordonnateur du RAP GC (CÉROM)   Les populations du puceron du soya sont en augmentation dans plusieurs champs suivis par le RAP Grandes cultures depuis la semaine dernière. Puisque l’ensemble des champs de soya sont encore à un stade de développement critique face à ce ravageur, le dépistage des champs est recommandé pour les régions du Centre-du-Québec, de l'Estrie, de Lanaudière, des Laurentides et de la Montérégie. Le seuil d’alerte (moyenne de 250 pucerons/plant) indiquant qu’il faut suivre les champs de près a été atteint dans 15 des 65 champs dépistés par le RAP (voir les données). La densité de pucerons par plant et d’ennemis naturels étant variable d’un champ à l’autre, il est important de faire une vigie dans chaque champ. Pour rappel, il n’est pas justifié de traiter à partir de 250 pucerons/plant. Ce seuil indique qu’il faut dépister plus régulièrement les populations de pucerons, évaluer le stress causé aux plants et suivre l’évolution des ennemis naturels avant de décider s’il faut intervenir. Il est donc important d’effectuer deux dépistages espacés de trois à sept jours afin de connaître l’évolution du nombre de pucerons.   Certains facteurs pourraient aider à contrôler les populations de pucerons dans les prochains jours : Lire la suite
1 à 10 sur 3175
Infolettre Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP)

M'abonner au RAP

En cliquant sur « Accepter tous les cookies », vous acceptez le stockage de ces témoins de connexion sur votre appareil. Ceux-ci permettent au CRAAQ de générer des statistiques et d'améliorer votre expérience utilisateur. Vous pourrez les désactiver en tout temps dans votre fureteur Web.

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.