Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Mot du pilote

Le Réseau d'avertissements phytosanitaires (RAP) a pour mission d'informer les producteurs et autres intervenants de l'agroalimentaire québécois sur :

  • La présence et l'évolution des ennemis des cultures dans leur région.
  • Les stratégies d'intervention les plus appropriées dans un contexte de gestion intégrée des cultures et de développement durable.
Le site Agri-Réseau du RAP regroupe l’ensemble des communiqués émis par le réseau depuis 2004. Vous pouvez rechercher parmi ces informations par groupe de culture et en utilisant le moteur de recherche.
Recevez gratuitement par courriel les communiqués du RAP en vous abonnant :

M'abonner au RAP

Liens rapides

Les choix du pilote

Malherbologie, Alerte No 1, 10 juillet 2020

Nouveau

10 juillet 2020
  AMARANTE TUBERCULÉE : UN PREMIER CAS DANS LES LAURENTIDES Un foyer d’amarante tuberculée (AT) a été découvert dans la MRC Deux-Montagnes de la région des Laurentides. Il s’agit de la première mention de l’amarante tuberculée dans cette région, les autres cas ayant été répertoriés en Montérégie et un au Centre-du-Québec. Cette fois, l’amarante tuberculée a été retrouvée dans un champ de maïs grain sur une entreprise qui produit principalement des cultures maraîchères. Il s’agit de la première mention au Québec de la présence de cette mauvaise herbe sur une ferme maraîchère. L’an dernier, l’Ontario avait répertorié ses deux premiers cas en productions maraîchères, soit dans le poivron et dans le haricot. Cette situation démontre que la mauvaise herbe a une grande capacité d’adaptation aux cultures et qu’elle n’est pas confinée seulement aux grandes cultures. Il importe donc à tous de garder l’œil ouvert. Le bilan s’élève maintenant à 12 populations dans la province (2 en Montérégie-Est, 8 en Montérégie-Ouest, 1 au Centre-du-Québec et 1 dans les Laurentides). Jusqu’à maintenant, les populations d’amarante tuberculée ont montré de la résistance aux herbicides des groupes 2, 5, 9 et 14, chaque population ayant au moins 2 résistances simultanément. Pour plus de détails, vous pouvez consulter le Bilan de l’amarante tuberculée au Québec. Si vous suspectez la présence d’amarante tuberculée dans un champ, vous pouvez vous inscrire au Plan d’intervention pour lutter contre l’amarante tuberculée au amarantetuberculee.ca et envoyer un échantillon au LEDP afin de confirmer son identification et de procéder gratuitement à la détection de la résistance. Le plan offre un encadrement agronomique aux producteurs qui sont aux prises avec l’amarante tuberculée. Il offre aussi une compensation financière pour les différentes dépenses qu’engendre son contrôle lors de l’année de sa découverte.   Toute intervention de contrôle d’un ennemi des cultures doit être précédée Lire la suite
Pomme de terre, Avertissement No 9, 10 juillet 2020

Nouveau

10 juillet 2020
Conditions climatiques : poursuite du temps chaud avec des précipitations dispersées. Développement de la culture : toujours variable, meilleur sous irrigation. Insectes : doryphore et cicadelle de la pomme de terre toujours d’actualité. Maladies : aucun cas de mildiou, hausse légère de la brûlure hâtive et de la jambe noire.   CONDITIONS CLIMATIQUES Pour la période du 3 au 9 juillet 2020, le temps très chaud s’est poursuivi dans le sud de la province, avec plusieurs 30 oC et plus enregistrés. Des températures un peu moins élevées ont eu lieu dans les secteurs plus à l’est de Québec (sommaire agrométéorologique). Les précipitations ont été à nouveau dispersées et variables, avec des quantités significatives par endroits, comme dans l’est de la province. On rapporte de nouveau de bons écarts à l’intérieur même d’une région, à la suite du passage d’orages. Par exemple, dans le comté de Portneuf (Capitale-Nationale), les orages ont laissé de 1 à 41 mm le 8 juillet (carte des précipitations). Pour les 7 prochains jours (soit du 10 au 16 juillet), un changement de régime de temps est annoncé par Environnement Canada. Après une dernière journée très chaude et plutôt ensoleillée ce 10 juillet, des averses plus fréquentes sont prévues un peu partout par la suite, avec des quantités appréciables pour samedi et dimanche, pour les régions de l’ouest et du centre de la province principalement.   DÉVELOPPEMENT DE LA CULTURE La situation sur le terrain demeure variable selon les collaborateurs. Pour les secteurs plus au sud, on rapporte un bon développement en parcelles irriguées, avec les entre-rangs qui ferment, sinon la culture souffre par endroits. Les champs de primeurs paraissent bien, avec un début de la phase de sénescence. Dans les secteurs plus centraux, selon les précipitations reçues et la pratique ou non de l’irrigation, la croissance est variable, avec une végétation qui varie entre une pousse stabilisée et une pousse plutôt modérée. Par Lire la suite

Nouveau

09 juillet 2020
Le charançon de la silique

Nouveau

09 juillet 2020
Maladies, mycotoxines et fongicides appliqués au champ dans le maïs grain et le maïs ensilage : que savons-nous?
Grandes cultures, Avertissement No 13, 9 juillet 2020

Nouveau

09 juillet 2020
Cicadelle de la pomme de terre dans la luzerne : les seuils d’intervention atteints dans plusieurs champs. Présence de criquets et autres insectes défoliateurs. Comment faire face à la pourriture à sclérotes dans le soya. Fusariose de l’épi : des cartes prévisionnelles sont disponibles. Puceron du soya : le suivi du RAP commence la semaine prochaine.   DÉPISTAGE DE LA CICADELLE DE LA POMME DE TERRE DANS LA LUZERNE RECOMMANDÉ Isabelle Fréchette, agr. (CÉROM), Stéphanie Mathieu, agr. (MAPAQ) et Huguette Martel, agr. (MAPAQ) Depuis une dizaine de jours, plusieurs champs de luzerne font l’objet d’une surveillance et certains d’entre eux, en Mauricie, en Estrie et en Montérégie, ont largement dépassé les seuils d’intervention. Considérant l’impact que cet insecte peut avoir sur le rendement et la qualité du fourrage, les producteurs sont invités à dépister leurs prairies, en particulier dans leurs luzernières en implantation, et ce, avant de voir des symptômes apparaître. Le dépistage des insectes devrait se faire tous les 5 à 7 jours. Le suivi pourrait être nécessaire jusqu’à la mi-août, moment où les cicadelles cessent de se reproduire.  Dépendamment du niveau des populations de l’insecte, qui doit être évalué par un dépistage avec un filet fauchoir, du stade et de la hauteur de la luzerne, la meilleure stratégie pourrait être de devancer la coupe et de surveiller les populations par la suite. Pour en savoir plus sur la biologie de l’insecte, comment le dépister et les stratégies d’intervention, référez-vous à la fiche technique La cicadelle de la pomme de terre dans la luzerne.  Certaines variétés de luzerne offrent une tolérance intéressante face à l’insecte grâce à la présence de poils sur les feuilles. Ces poils sont moins développés lors de l’année de l’implantation. De plus, en cas de fortes infestations, ces variétés peuvent tout de même subir des pertes de rendement. Malgré tout, les producteurs sont invités à vérifier si Lire la suite
Infolettre Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP)

M'abonner au RAP

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.