Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche 
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
Format
Type de contenu
Date de début
Date de fin
Régions

Mot du pilote

Le Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP) a pour mission de réaliser la surveillance des ennemis des cultures du territoire agricole. Il informe les producteurs et les autres intervenants de l’agroalimentaire québécois de la présence et de l’évolution des ennemis des cultures dans leur région et des stratégies d’intervention les plus appropriées dans un contexte de gestion intégrée des ennemis des cultures (GIEC). Le RAP participe au rôle stratégique de développement et de transfert des connaissances du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ) afin de prévenir les problèmes phytosanitaires au Québec et d’en minimiser les répercussions. Son objectif étant la réduction des pesticides et de leurs risques, il est un pilier important du Plan d’agriculture durable 2020-2030 (PAD).

Le site Web Agri-Réseau du RAP regroupe l’ensemble des communiqués émis par le réseau depuis 2004. Vous pouvez rechercher parmi ces informations par sous-réseau et en utilisant le moteur de recherche.

Recevez gratuitement par courriel les communiqués du RAP en vous abonnant :

M'abonner au RAP

Liens rapides

Les choix du pilote

Vigne, Avertissement No 8, 14 juin 2024

Nouveau

14 juin 2024
Les cépages hâtifs sont en fin de floraison sur les sites les plus chauds et en début de floraison dans les régions plus froides. Insectes : scarabée du rosier présent en grand nombre dans plusieurs régions; tordeuse de la vigne et alypie à surveiller. Maladies : mildiou et pourriture grise à surveiller. Seuil critique atteint pour le blanc (oïdium) sur les cépages sensibles. Épamprage et effeuillage; de bonnes stratégies de lutte intégrée.   DÉVELOPPEMENT PHÉNOLOGIQUE   Les températures chaudes et humides de la dernière semaine ont accéléré la croissance des vignes. Les cépages hâtifs sur les sites les plus chauds de la Montérégie ont atteint le stade « fin floraison, nouaison » (EL27), tandis que les raisins de table ont atteint le stade « 80 % floraison » (EL25).  En termes d'accumulation de degrés-jours base 10, le début de la saison 2024 est toujours en première position dans le comparatif 2015-2024.           Consultez Agrométéo Québec pour un visuel provincial de l'état d'avancement du développement des cépages à débourrement hâtif et semi-tardif ainsi que d'autres modèles bioclimatiques sur la vigne.   Phénologie des cépages à débourrement hâtif au 12 juin 2024 Source : Agrométéo Québec Phénologie des cépages à débourrement semi-tardif au 12 juin 2024 Source : Agrométéo Québec   INSECTES ET ACARIENS   Scarabée du rosier (Macrodactylus subspinosus) Montréal-Laval-Lanaudière, Montérégie-Est et Montérégie-Ouest Le scarabée du rosier est l'insecte qui retient notre attention cette semaine. Il est présent dans plusieurs régions et en assez grand nombre. Lorsque les populations sont importantes, cet insecte peut faire des dommages importants en se nourrissant des inflorescences. Une technique de dépistage est très bien décrite dans ce bulletin d'information.  Le dépistage se fait sur 25 plants. Une intervention Lire la suite
Pomme de terre, Avertissement No 6, 14 juin 2024

Nouveau

14 juin 2024
Météo : retour du temps plus frais et précipitations notables, mais hétérogènes. Développement de la culture : conditions favorables, mais levée parfois variable. Insectes : doryphores plus actifs, intervention à venir par endroits; captures de la cicadelle de la pomme de terre stables, mais plus rapportées; activité restreinte d’autres ravageurs. Maladies : températures favorables au mildiou de la pomme de terre, d’autres maladies présentes, mais faiblement. Mauvaises herbes : interventions de prélevée généralement terminées, contrôle à compléter par endroits en postlevée; cas du souchet comestible.     CONDITIONS MÉTÉOROLOGIQUES   Pour la période du 7 au 13 juin, c'était le retour du temps plus frais, et ce, partout à travers la province. Le mercure s’est généralement maintenu sous à près des moyennes de saison, le jour, mais il a été un peu plus élevé en fin de période. Cependant, les nuits ont été généralement douces (voir le sommaire agrométéorologique). Les cumuls de précipitations ont été élevés, mais de manière hétérogène, et un peu plus faibles au sud. En plusieurs endroits, des précipitations ont été enregistrées sur plusieurs jours, dont du 6 au 10 juin (voir la carte des précipitations cumulées au cours des sept derniers jours). Pour la période qui débute (14 au 20 juin), Environnement Canada indique des températures plutôt de saison jusqu’à lundi, puis des valeurs possiblement records par la suite. Un peu de pluie est possible le vendredi 14 juin, mais à priori rien ou presque par la suite.      DÉVELOPPEMENT DE LA CULTURE Les températures plus modérées, accompagnées de précipitations et de temps souvent humide, ont favorisé la croissance active des plants plus avancés, avec entre autres un début de floraison et/ou une initiation de la tubérisation. Cependant, dans certaines régions, pour des semis plus tardifs, des collaborateurs rapportent une émergence plus Lire la suite
Grandes cultures, Avertissement No 7, 14 juin 2024

Nouveau

14 juin 2024
Ver-gris noir : cas rapportés, continuez la surveillance et le dépistage. Dommages de criquets dans le Bas-Saint-Laurent. Cécidomyie du chou-fleur dans le canola. Les risques d'infection de la fusariose de l'épi dans le blé d'automne. L'importance de vérifier l'efficacité d'un traitement herbicide après une intervention.   VER-GRIS NOIR : CAS RAPPORTÉS, CONTINUEZ DE SURVEILLER ET DE DÉPISTER LES LARVES ET LEURS DOMMAGES DANS LES CHAMPS À RISQUE Julien Saguez1, Véronique Samson2 et Brigitte Duval2 1. Chercheur (CÉROM); 2. Agronome (MAPAQ) De nouveaux cas de dommages importants par le ver-gris noir ont été rapportés au RAP Grandes cultures, dans les régions plus périphériques cette fois. Ces cas ont été observés en Abitibi-Témiscamingue, dans des champs de canola, de céréales et de maïs, dans les municipalités de Béarn, Duhamel-Ouest, Notre-Dame-du-Nord, Saint-Bruno-de-Guigues, Saint-Eugène-de-Guigues et Saint-Édouard-de-Fabre, ainsi qu’en Estrie, à Courcelles dans la culture de maïs. Les larves de stade 4 et plus sont les plus dommageables, car elles peuvent couper les plants de maïs à leur base jusqu’aux stades 5-6 feuilles de la culture. L’avertissement N° 6 du 7 juin 2024 présente les facteurs favorisant la présence de l’insecte ainsi que la méthode de dépistage. Dans plusieurs régions, les cultures sont encore au début de leur croissance, avec une levée tardive. Elles peuvent donc être la cible du ver-gris noir. Il est donc important de poursuivre le dépistage des champs à risque afin de déceler les larves et les dommages. Il pourra ensuite être possible de déterminer si une intervention phytosanitaire est nécessaire, tout en tenant compte du stade de développement de la culture, du niveau de dommage et de la taille des larves. La plupart des produits sont peu efficaces lorsque l’insecte a atteint les derniers stades larvaires. Il est nécessaire de dépister les champs dès l’apparition des premiers dommages et d’intervenir avant que la majorité des Lire la suite
Crucifères, Avertissement No 7, 13 juin 2024

Nouveau

13 juin 2024
Plusieurs ravageurs sont actifs dont la mouche du chou, les altises, la piéride du chou, la fausse-teigne des crucifères et la cécidomyie du chou-fleur. Les précipitations des derniers jours ont favorisé le développement de la fonte des semis dans les sols moins bien drainés. Rappel : les bulletins pesticides 2024 sont maintenant disponibles!   ÉTAT GÉNÉRAL DES CULTURES   Les précipitations des derniers jours ne semblent pas avoir causé de dommages significatifs aux crucifères. Cependant, elles ont favorisé le développement des maladies racinaires telles que la fonte des semis et la hernie des crucifères. Les symptômes de hernie risquent toutefois d'être davantage visibles au retour du temps sec. Les conditions humides et ensoleillées sont également favorables à la croissance des mauvaises herbes. Nous tenons à rappeler l'importance de bien contrôler les mauvaises herbes crucifères dans et autour des champs, car elles s'avèrent des foyers potentiels pour les maladies et les insectes nuisibles.  Mauvaises herbes crucifères en bordure de champ Photo : MAPAQ INSECTES RAVAGEURS   Les asticots de la mouche du chou sont de plus en plus observés là où les interventions faites à la transplantation ont perdu de leur efficacité. Concernant les applications post-transplantation qui ont récemment été homologuées d'urgence (les étiquettes sont maintenant à jour sur le site Web de l'ARLA), il importe d'utiliser un volume d'eau suffisant (minimum 1 600 L eau/ha en application en bande) pour atteindre le sol lors de l'application. À noter que les plants de crucifères-feuilles et fleurs, qui comptent plus de 10 feuilles, sont généralement en mesure de supporter les galeries creusées par cet ennemi au niveau des racines.    Les altises (des navets et des crucifères) sont davantage problématiques dans les choux chinois. Du côté des chenilles défoliatrices, la piéride du chou et Lire la suite
Maïs sucré, Avertissement No 3, 13 juin 2024

Nouveau

13 juin 2024
Mauvaises herbes : le contrôle des adventices par les traitements en postlevée et par des sarclages se poursuit. Détection de chénopode blanc et de moutarde des champs résistants aux herbicides du groupe 5. Pyrale du maïs (race bivoltine, 1re génération) : faible capture de papillons. Plants de maïs jaunis ou striés : quelques cas et causes possibles. Autres ravageurs : observations de faibles dommages dans certains semis.   MAUVAISES HERBES   Dans plusieurs régions, les traitements en prélevée ont eu une efficacité variable, selon les températures et les précipitations reçues. Des traitements de postlevée sont en cours dans plusieurs parcelles. Vous pouvez consulter le bulletin d'information Herbicides homologués dans la culture du maïs sucré en 2024 pour voir les traitements possibles selon les plantes présentes au champ et leurs périodes d’intervention. Plusieurs sarclages sont en cours, majoritairement avec des peignes et des sarcleurs munis de doigts Kress. Le Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection (LEDP) du MAPAQ, en collaboration avec le RAP Maïs sucré, effectue une surveillance des mauvaises herbes résistantes à certains herbicides. Dans la dernière semaine, des tests ont révélé que des plantules de chénopode blanc et de moutarde des champs étaient résistantes aux herbicides du groupe 5 (atrazine et métribuzine). Deux des populations résistantes ont été constatées dans un champ de primeurs sous plastique et bâche ayant été traité avec de l’atrazine en 2024 et dont le contrôle a été faible. Si vous soupçonnez des populations de chénopodes blancs ou d’autres plantes résistantes aux herbicides du groupe 5 (atrazine et métribuzine), vous pouvez contacter votre conseiller et le RAP Maïs sucré (rapmaissucre@mapaq.gouv.qc.ca) pour qu’un échantillon puisse être acheminé au LEDP. La détection de la résistance est importante pour assurer une lutte intégrée de vos adventices. Pour plus d'information :  Portrait Lire la suite
Infolettre Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP)

M'abonner au RAP

En cliquant sur « Accepter tous les cookies », vous acceptez le stockage de ces témoins de connexion sur votre appareil. Ceux-ci permettent au CRAAQ de générer des statistiques et d'améliorer votre expérience utilisateur. Vous pourrez les désactiver en tout temps dans votre fureteur Web.

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.