Ajouté à Mes favoris.

    Chargement en cours

    Fiers de diffuser leur expertise

    Association des médecins vétérinaires praticiens du Québec (AMVPQ)

    Mot du pilote

    Le Réseau d'avertissements phytosanitaires (RAP) a pour mission d'informer les producteurs et autres intervenants de l'agroalimentaire québécois sur :

    • La présence et l'évolution des ennemis des cultures dans leur région.
    • Les stratégies d'intervention les plus appropriées dans un contexte de gestion intégrée des cultures et de développement durable.
    Le site Agri-Réseau du RAP regroupe l’ensemble des communiqués émis par le réseau depuis 2004. Vous pouvez rechercher parmi ces informations par groupe de culture et en utilisant le moteur de recherche.

    Recevez gratuitement par courriel les communiqués du RAP en vous abonnant : Formulaire d’abonnement

    Liens rapides

    Les choix du pilote

    Nouveau

    19 juin 2018 Bleuet nain, Avertissement No 5, 19 juin 2018
    Contrôle des mauvaises herbes. Insecte : dépistage de l’altise toujours en cours au Saguenay–Lac-Saint-Jean, en Haute-Côte-Nord et en Manicouagan. Maladie : premiers symptômes de pourriture sclérotique au Saguenay–Lac-Saint-Jean, en Haute-Côte-Nord et en Manicouagan. Tableau des stades de la culture.

    Nouveau

    19 juin 2018 Grandes cultures, Avertissement No 8, 19 juin 2018
    Plusieurs champs de canola au Québec sont encore à un stade sensible aux dommages pouvant être causés par des altises. Un suivi des champs jusqu’au stade 4 feuilles permet de s’assurer que le taux de défoliation demeure sous le stade d’intervention (25 % de surface foliaire affectée).   RAPPEL : SEUIL D’INTERVENTION CONTRE LES ALTISES DANS LE CANOLA Les derniers résultats de dépistage des champs de canola suivis dans le cadre du RAP Grandes cultures indiquent que les taux de défoliation par les altises étaient inférieurs à 10 %, mis à part un champ dépisté au Saguenay. Rappel : les jeunes plants de canola peuvent supporter jusqu’à 50 % de défoliation sans perte notable de rendement. Toutefois, comme la progression des dommages est parfois très rapide, un traitement insecticide peut être indiqué dès que le pourcentage moyen de la surface foliaire affectée atteint 25 %, en autant que les altises soient présentes, qu'elles continuent de s'alimenter, que les conditions leurs soient favorables et que le canola n’ait pas encore atteint le stade 5 feuilles. Malgré les faibles taux de défoliation, nous vous recommandons tout de même de dépister vos champs puisque le canola est encore à un stade vulnérable (de cotylédons à 4 feuilles) pour plusieurs champs. Pour plus de détails, référez-vous à la fiche technique sur l’altise du navet et l’altise des crucifères. Vous pouvez également consulter les résultats du dernier dépistage des altises en cliquant ici.   Dommages d'altises sur des plantules de canola L. Bilodeau, MAPAQ Cet avertissement a été rédigé par Line Bilodeau, agr. (MAPAQ), et Isabelle Fréchette, agr. (CÉROM). Pour des renseignements complémentaires, vous pouvez contacter l'avertisseure du réseau Grandes cultures ou le secrétariat du RAP. La reproduction de ce document ou de l’une de ses parties est autorisée à condition d'en mentionner la source. Toute utilisation à des fins commerciales ou publicitaires ... lire la suite >>

    Nouveau

    19 juin 2018 Pépinières ornementales, Avertissement No 6, 19 juin 2018
    État de la situation des cultures ornementales en pépinière Insecte : mineuses du thuya observées en Montérégie. Maladie : brûlure bactérienne des rosacées dans les pommiers rapportée dans plusieurs régions du Québec. Autres observations : galles de phytoptes et cicadelles de la pomme de terre.

    Nouveau

    18 juin 2018 Vigne, Bulletin d'information No 3, 18 juin 2018
    Coûts moyens des traitements antiparasitaires

    Nouveau

    18 juin 2018 Pommier, Avertissement No 10, 18 juin 2018
       LES ÉJECTIONS D'ASCOSPORES SONT TERMINÉES, OU PRESQUE (16 JUIN)   À la suite des pluies des derniers jours, la réserve d'ascospores est maintenant épuisée dans la plupart des vergers. Les résultats des éjections forcées (en ligne) confirment ce qui a été annoncé mercredi dernier (13 juin) et concordent avec RIMpro. En effet, pour la plupart des sites, les comptages enregistrés vendredi (15 juin) étaient très faibles. Les résultats plus élevés observés à Compton s'expliquent du fait que les feuilles ont été ramassées avant la pluie. Pour la région de Québec, les éjections à venir jusqu'au 21 juin pourraient suffirent à causer des infections primaires, notamment dans les vergers où l'inoculum est plus abondant. Comme tous les ans, il restera encore quelques ascospores qui subsisteront, mais elles ne présentent qu’un risque marginal. L’effet combiné du fauchage, de la litière qui se décompose et du faible inventaire de spores résiduel feront en sorte que la probabilité d’infection par les ascospores sera marginale à partir de maintenant. De plus, le cycle de croissance achève et de moins en moins de feuilles sensibles à la tavelure se développent. Dans le verger de l’IRDA, une bonne proportion des pousses du cultivar McIntosh ne sont plus en croissance et sont donc résistantes. Dans les vergers où la fertilisation azotée continue tardivement (après la nouaison), les pousses restent sensibles plus longtemps, ce qui augmente considérablement le risque de propagation de la tavelure en été. La fin des infections par les ascospores ne veut pas dire la fin de tous les traitements. D'ici la mi-juillet, la fréquence de vos interventions va dépendre de la rigueur de votre dépistage et votre confiance quant à la qualité des traitements réalisés pendant la période des infections primaires. Dans les vergers à inoculum faible, bien dépistés et où la qualité des traitements est présumée bonne, la fréquence et la dose des traitements peuvent être grandement ... lire la suite >>