Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Mot du pilote

Le Réseau d'avertissements phytosanitaires (RAP) a pour mission d'informer les producteurs et autres intervenants de l'agroalimentaire québécois sur :

  • La présence et l'évolution des ennemis des cultures dans leur région.
  • Les stratégies d'intervention les plus appropriées dans un contexte de gestion intégrée des cultures et de développement durable.
Le site Agri-Réseau du RAP regroupe l’ensemble des communiqués émis par le réseau depuis 2004. Vous pouvez rechercher parmi ces informations par groupe de culture et en utilisant le moteur de recherche.
Recevez gratuitement par courriel les communiqués du RAP en vous abonnant :

M'abonner au RAP

Liens rapides

Les choix du pilote

Crucifères, Avertissement No 13, 5 août 2020

Nouveau

05 août 2020
Les altises, la cécidomyie du chou-fleur, les thrips, les pucerons et les chenilles défoliatrices sont à surveiller. Attention aux maladies, les conditions météorologiques actuelles sont propices au développement de plusieurs d'entre elles.   Les récoltes étant en cours, des cas de tige creuse sont rapportés, notamment dans le brocoli et le chou-fleur. Ce désordre physiologique peut être induit, lors de poussées de croissance, par une carence en bore et/ou un excès d'azote, combiné à des températures élevées. Quelques cas de brûlure de la pointe (carence en calcium) sont également observés dans le chou-fleur. Avec les importantes précipitations qui sont tombées sur l'ensemble du Québec (sauf les régions Maritimes), ces derniers jours, et le retour des températures chaudes annoncées, une croissance rapide des plants est à prévoir, et d'autres désordres physiologiques pourraient survenir, tels que de l'oedème et de la granulée brune.  INSECTES RAVAGEURS Plusieurs ravageurs (altises des crucifères, des navets et à tête rouge, piéride du chou, fausse-teigne des crucifères et fausse-arpenteuse du chou) sont actifs. De manière générale, leur activité est toutefois sous contrôle grâce aux interventions faites lorsque les seuils sont atteints. Du côté de la mouche du chou, la ponte se poursuit dans les régions plus au nord, tandis qu'elle semble se stabiliser dans le sud du Québec. Quant aux thrips, ils sont actifs dans plusieurs champs de choux de la province. On retrouve également des pucerons dans certains champs des Laurentides, de Lanaudière et de la Capitale-Nationale. Enfin, des vers gris sont observés, par endroits, dans des pommes de chou chinois, ce qui les rend invendables.   RÉSEAU DE PIÉGEAGE DE LA CÉCIDOMYIE DU CHOU-FLEUR   Les captures de la cécidomyie du chou-fleur se poursuivent dans les pièges à phéromone du Réseau de piégeage. Des traitements sont appliqués Lire la suite
Framboise, Avertissement No 14, 5 août 2020

Nouveau

05 août 2020
lien.   MÉTÉO ET STADES PHÉNOLOGIQUES   Pour plus de détails sur la météo de la dernière semaine, consultez le sommaire agrométéorologique. Bien que la récolte de framboises d'été en champ soit encore en cours par endroits, pour certaines régions, la cueillette de champ est déjà terminée. Toutefois, la récolte se poursuit dans les cultivars d'automne et la framboise en hors-sol, programmée ou non. Le modèle bioclimatique sur la phénologie du framboisier pour le cultivar Killarney  demeure disponible sur le site Agrométéo Québec. CLADOSPORIUM ET BOTRYTIS   Les conditions climatiques actuelles (chaudes et humides) sont propices au développement de Botrytis et de Cladosporium. Les fruits cultivés sous abris et/ou dans des zones peu aérées sont souvent sujets à ces infections. Ce complexe de champignons est présentement observé, notamment à la base des fruits, sur les drupéoles situées à la jonction des sépales.   Botrytis (et Cladosporium) sur fruits cultivés en champ Denis Giroux, agronome (RLIB) Botrytis et Cladosporium sur fruits cultivés sous abri Team Rubus NITIDULES   Il n'est pas rare d'observer des nitidules à quatre points dans les framboisières où des fruits très mûrs sont présents. Toutefois au cours de la dernière période, on observe la présence de l'espèce Carpophilus brachypterus, également une nitidule. Selon le laboratoire de diagnostic du MAPAQ, les Carpophilus se nourrissent de produits fermentés, notamment de fruits trop mûrs. Mais ils sont aussi reconnus comme des ravageurs occasionnels dans plusieurs cultures de fruits dans lesquelles ils se nourrissent de fruits sains en mûrissement. Certaines espèces peuvent également ravager des lots de fruits séchés. Aucun seuil n'est connu, et peu de produits phytosanitaires semblent efficaces contre ce ravageur. La stratégie de lutte passe par une récolte régulière de tous les fruits, y compris les fruits endommagés. L'élimination des fruits déclassés doit se faire Lire la suite
Pommier, Avertissement No 14, 5 août 2020

Nouveau

05 août 2020
Ravageurs de fin de saison; taille d'été et lutte contre les ravageurs secondaires; calcium et protection phytosanitaire; attention aux pommes au sol; observations et prévisions du réseau Pommier.   RAVAGEURS DE FIN DE SAISON  (F. Pelletier et G. Chouinard) Les captures de mouches de la pomme étaient en hausse au cours des deux dernières semaines, et plusieurs vergers ou secteurs de vergers ont atteint le seuil d’intervention. Un petit nombre de parcelles ont atteint le seuil pour un deuxième traitement au cours des derniers jours, en Montérégie. Selon le modèle prévisionnel, on a passé le pic de capture dans les régions les plus hâtives, alors qu’il devrait être observé, ces jours-ci, en Estrie et dans la région de Québec (voir le sommaire en fin de communiqué). Les populations de mouches devraient donc baisser graduellement au cours du mois d’août. Les traitements ne seront plus nécessaires à partir de la fin août, même si des captures sont présentes, car la ponte dans les fruits cesse graduellement à partir de la mi-août.   Le vol de la 2e génération de carpocapse a débuté dans certains sites, mais les captures demeurent faibles pour le moment et, en général, peu de nouveaux de dommages sont rapportés par les collaborateurs du Réseau, à l’exception de quelques sites, notamment dans la région de l’Estrie. Plusieurs observateurs du Réseau rapportent la présence localisée de scarabées japonais, avec une proportion importante de scarabées parasités (petits œufs blancs pondus sur l’insecte par la mouche Istocheta aldrichi). Les dommages observés sont principalement sur feuilles. Seuls quelques collaborateurs ont rapporté la présence de dommages sur fruits, dans des secteurs localisés, notamment dans les cultivars Sunrise ou Honeycrisp. La présence localisée de punaises pentatomides, et quelques dommages sur fruits sont également rapportés par différents observateurs du Réseau.   Punaise pentatomide, dite la « punaise brune » Lire la suite

Nouveau

04 août 2020
Principaux insecticides et fongicides homologués en 2020 dans l’oignon et l’oignon vert
Cultures ornementales en serre, Avertissement No 9, 24 juillet 2020

Mise à jour

04 août 2020
État de la situation des cultures de poinsettia en serre. Réception des boutures : irrigation raisonnée en période de chaleur intense et rappels de prévention et de bonnes pratiques.     GESTION DE L’IRRIGATION EN PÉRIODE DE CANICULE Il pourrait être tentant d’irriguer abondamment et à répétition, par temps très chaud et ensoleillé, les jeunes plants fraîchement empotés. Toutefois, il faut éviter de saturer le sol d’eau afin de prévenir les maladies racinaires et la prolifération de sciarides. Optez plutôt pour une brumisation régulière du feuillage qui laissera de l’oxygène dans le terreau, favorisant ainsi le développement des racines.   Aleurode (Bemisia tabaci) sur poinsettia Photo : IQDHO Plateau de boutures de poinsettia Photo : IQDHO OPÉRATIONS PRÉVENTIVES  Planifier la lutte biologique Effectuez un bon dépistage dès la réception. L’aleurode est le ravageur à contrôler en priorité. La résistance de la souche Q de Bemisia tabaci aux pesticides est bien connue. La lutte biologique constitue une stratégie à privilégier pour contourner ce problème. Prévoir l’utilisation de parasitoïdes des aleurodes comme Encarsia formosa et Eretmocerus mundus. D’autres ravageurs sont à surveiller tout au long de la culture. Dans les serres qui sont ventilées par des côtés ouvrants, des bandes collantes jaunes peuvent être installées près de ces entrées d’air afin d’intercepter des insectes comme les thrips et les cicadelles provenant de l’extérieur. Ces bandes collantes peuvent aussi contribuer à baisser la population d’aleurodes. En cours de culture, on dépistera notamment les tétranyques et les thrips afin d’effectuer les introductions de prédateurs requis.   Premiers traitements Il est possible que des pesticides chimiques aient été utilisés par les multiplicateurs et nuisent à la survie des auxiliaires. On peut attendre quelques semaines avant de les introduire, et contrôler les aleurodes par l’emploi d’insecticides à faible toxicité, par exemple Lire la suite
Infolettre Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP)

M'abonner au RAP

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.