Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :

Mot du pilote

Le Réseau d'avertissements phytosanitaires (RAP) a pour mission d'informer les producteurs et autres intervenants de l'agroalimentaire québécois sur :

  • La présence et l'évolution des ennemis des cultures dans leur région.
  • Les stratégies d'intervention les plus appropriées dans un contexte de gestion intégrée des cultures et de développement durable.
Le site Agri-Réseau du RAP regroupe l’ensemble des communiqués émis par le réseau depuis 2004. Vous pouvez rechercher parmi ces informations par groupe de culture et en utilisant le moteur de recherche.
Recevez gratuitement par courriel les communiqués du RAP en vous abonnant :

M'abonner au RAP

Liens rapides

Les choix du pilote

Mise à jour

19 juillet 2019
Les criquets en grandes cultures : biologie, dépistage et stratégie d'intervention

Nouveau

19 juillet 2019
Conditions climatiques : poursuite du temps chaud avec un régime de précipitations dispersées. Développement de la culture : généralement bon; début des récoltes. Insectes : pression maintenue du doryphore; pyrale du maïs et cicadelle de la pomme de terre à surveiller. Maladies : aucun cas de mildiou ni de dartrose; brûlure hâtive encore peu active. Lire la suite

Mise à jour

19 juillet 2019
La cicadelle de la pomme de terre dans la luzerne
Grandes cultures, Avertissement No 10, 19 juillet 2019

Nouveau

19 juillet 2019
Problème de CONTRÔLE DU CHÉNOPODE PAR DU GLYPHOSATE. La CICADELLE DE LA POMME DE TERRE DANS LA LUZERNE. La CARENCE EN K DANS LE SOYA. Comment évaluer les dommages par les INSECTES DÉFOLIATEURS. FUSARIOSE DE L’ÉPI : cartes interactives. PUCERON DU SOYA : le dépistage n’est pas nécessaire pour le moment.   PROBLÈME DE CONTRÔLE DU CHÉNOPODE AVEC DU GLYPHOSATE : CAUSES POSSIBLES Isabelle Fréchette, agr. (CÉROM), Sandra Flores-Mejia, malherbologiste (CÉROM) et Stéphanie Mathieu, agr. (MAPAQ)   Un problème de contrôle du chénopode avec du glyphosate a été rencontré par certains producteurs cette année. Ce phénomène pourrait être expliqué par différentes causes :   La taille de la mauvaise herbe au moment de l’application. Le contrôle par le glyphosate est plus difficile lorsque le chénopode atteint environ 15 cm, car la plante peut développer, dans ses feuilles, une couche de cire qui diminue l’efficacité des herbicides de contact. Selon les recherches de Nurse (AAFC) et Sikkema (Université de Guelph), pour contrôler des plants de chénopode de 30 cm, il faudrait une dose de glyphosate de près de 3 fois supérieure à celle pour contrôler des plants de 10 cm. Il est donc souhaitable de traiter hâtivement cette mauvaise herbe, puisqu’on évite alors de devoir augmenter les doses et ainsi de perdre du rendement. La température au moment de l’application : en condition de hautes températures (> 26 °C), le glyphosate appliqué sur le chénopode est rapidement transporté vers le bout des tiges et des racines (méristèmes apicaux). L’importante concentration de glyphosate dans ces parties de la plante provoque la mort de ces tissus végétaux et empêche le transport du glyphosate dans le reste de la plante, stimulant ainsi la croissance des tiges latérales. L’application du produit avant la pluie : la présence de pluie entre 30 minutes et 6 heures (dépendamment du produit) après l’application du glyphosate peut entraîner Lire la suite
Maïs sucré, Avertissement No 7, 19 juillet 2019

Nouveau

19 juillet 2019
Pyrale bivoltine (1re génération) : les captures de papillons se poursuivent faiblement. Présence de masses d’œufs, de larves et/ou de dommages dans certains champs. Pyrale univoltine : les captures de papillons se poursuivent très faiblement; une première capture en Capitale-Nationale. Légionnaire d’automne : une première capture en Mauricie, soyez vigilants. Ver de l’épi et ver-gris occidental des haricots : aucune capture lors de la dernière semaine.    PREMIÈRE GÉNÉRATION DE LA PYRALE BIVOLTINE   Les captures de papillons de la première génération de la pyrale bivoltine se sont poursuivies très faiblement au cours de la dernière semaine avec deux captures en Capitale-Nationale. Du dépistage a été effectué dans des champs situés parmi les régions suivantes : Basses-Laurentides, Capitale-Nationale, Centre-du-Québec, Chaudière-Appalaches et Montérégie. Des masses d’œufs, des larves et/ou des dommages frais ont été observés à divers degrés, dans certains champs. Pour les municipalités hâtives de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches, les dates émises lors de l’avertissement No 5 sont devancées de quelques jours. À la suite des indications de certains collaborateurs, de jeunes larves ont été observées en date du 11 juillet dernier.   PYRALE UNIVOLTINE   Parmi tout le réseau de piégeage, un papillon a été piégé en Estrie et dans Lanaudière, alors qu’un premier papillon a été capturé dans la région de la Capitale-Nationale, au cours de la dernière semaine.  De façon générale, on constate que les populations de cette race sont faibles, mais cela ne garantit pas qu’il y aura absence de ponte sur les plants de maïs, dans un champ donné. Les modèles bioclimatiques basés sur le cumul des degrés-jours de croissance sont utilisés davantage dans cette situation. Mais cela souligne encore plus la nécessité de dépister la présence de jeunes larves et de criblures sur les plants Lire la suite