Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
10 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)
Cultures ornementales en serre, Avertissement No 10, 29 septembre 2020
29 septembre 2020
État de la situation des cultures du poinsettia en serre : présence de l’aleurode du tabac en nombre variable selon les entreprises. Période propice à l’apparition de maladies racinaires.   CONTRÔLE DES ALEURODES DU TABAC (Bemisia tabaci) L’aleurode est présent dans les cultures de poinsettias. De façon générale, selon nos observateurs, les populations sont encore bien contrôlées par la lutte intégrée, en lutte conventionnelle, et par la lutte biologique dans les serres visitées. Stratégie face à la résistance aux insecticides Bemisia tabaci de souche Q, généralement présent dans la culture du poinsettia, est résistant à de nombreuses matières actives. En effet, certains pesticides chimiques vont éliminer tous les Bemisia sensibles (souche B), alors que les Bemisia résistants (souche Q) vont survivre et continuer de se reproduire. En fin de saison, il pourrait alors être impossible de les éliminer avant la vente.   En retardant la lutte chimique, par exemple en utilisant la lutte biologique, on laisse la souche B constituer une plus grande proportion de la population. Les aleurodes de cette souche seront plus faciles à éliminer par des traitements chimiques en dernier recours, à la fin de la saison.   Aleurode du tabac sur poinsettia Photo : IQDHO Calcul – Poursuivre la lutte biologique ou traiter Il est possible d’estimer si le contrôle de Bemisia sera efficace jusqu’à la fin de la saison de culture du poinsettia en utilisant une méthode rapide publiée par Sarah Jandricic (MAAAR Ontario) :   Inspecter 15 à 20 plants par table, sur au moins 50 % des tables des serres. Noter la présence ou l’absence d’adultes, de larves ou de pupes de Bemisia en observant le dessous des feuilles, en soulevant les pots au-dessus des yeux. Additionner le nombre de plants infestés (présence de Bemisia), diviser par le nombre total de plants dépistés et multiplier par 100 pour obtenir un pourcentage. À cette période de la production (1er octobre), Lire la suite
Cultures ornementales en serre, Avertissement No 9, 24 juillet 2020
04 août 2020
État de la situation des cultures de poinsettia en serre. Réception des boutures : irrigation raisonnée en période de chaleur intense et rappels de prévention et de bonnes pratiques.     GESTION DE L’IRRIGATION EN PÉRIODE DE CANICULE Il pourrait être tentant d’irriguer abondamment et à répétition, par temps très chaud et ensoleillé, les jeunes plants fraîchement empotés. Toutefois, il faut éviter de saturer le sol d’eau afin de prévenir les maladies racinaires et la prolifération de sciarides. Optez plutôt pour une brumisation régulière du feuillage qui laissera de l’oxygène dans le terreau, favorisant ainsi le développement des racines.   Aleurode (Bemisia tabaci) sur poinsettia Photo : IQDHO Plateau de boutures de poinsettia Photo : IQDHO OPÉRATIONS PRÉVENTIVES  Planifier la lutte biologique Effectuez un bon dépistage dès la réception. L’aleurode est le ravageur à contrôler en priorité. La résistance de la souche Q de Bemisia tabaci aux pesticides est bien connue. La lutte biologique constitue une stratégie à privilégier pour contourner ce problème. Prévoir l’utilisation de parasitoïdes des aleurodes comme Encarsia formosa et Eretmocerus mundus. D’autres ravageurs sont à surveiller tout au long de la culture. Dans les serres qui sont ventilées par des côtés ouvrants, des bandes collantes jaunes peuvent être installées près de ces entrées d’air afin d’intercepter des insectes comme les thrips et les cicadelles provenant de l’extérieur. Ces bandes collantes peuvent aussi contribuer à baisser la population d’aleurodes. En cours de culture, on dépistera notamment les tétranyques et les thrips afin d’effectuer les introductions de prédateurs requis.   Premiers traitements Il est possible que des pesticides chimiques aient été utilisés par les multiplicateurs et nuisent à la survie des auxiliaires. On peut attendre quelques semaines avant de les introduire, et contrôler les aleurodes par l’emploi d’insecticides à faible toxicité, par exemple Lire la suite
Cultures ornementales en serre, Avertissement No 8, 12 mai 2020
12 mai 2020
État de la situation des cultures ornementales en serre. Les cultures annuelles ornementales sont dans un bon état phytosanitaire général. Des cas de mildiou ont été rapportés dans l’impatiens et dans le basilic. Apparition de symptômes de toxicité en fer dans le géranium zonal.   Basilic affecté par le mildiou Photo: IQDHO   Mildiou du basilic : Le mildiou du basilic (Peronospora belbahrii) a causé la perte de certains lots de basilic destinés à la vente en pots en centre de jardin. En effet, lorsque la maladie est implantée, les plants sont irrécupérables, même si l'on applique des fongicides.   Il est recommandé de détruire les plants atteints de façon sécuritaire : déposez les plants dans un sac de plastique et le fermer avant de le sortir de la serre et de le mettre aux ordures. Ne pas composter les plants et ne pas récupérer les pots. Symptômes de mildiou du basilic sur la face inférieure de la feuille Photo: IQDHO   Pour prévenir le mildiou, maintenez l’humidité relative sous 85% et espacez les plants afin de favoriser la circulation de l’air. Selon nos collaborateurs, certains biofongicides homologués à cet effet procurent une bonne protection lorsqu’utilisés régulièrement avant l’apparition de la maladie. Ils peuvent être utilisés pour protéger les plants sains environnants. Fiche technique : Mildiou Cultures maraîchères en serre, bulletin d'information No 3, 23 août 2019 : Mildiou sur le basilic en serre   Mildiou sur Impatiens walleriana Photo: IQDHO Mildiou de l’impatiens : Le mildiou de l’impatiens (Plasmopara obducens) a été dépisté sur Impatiens walleriana, dont l’impatiens double, dans quelques entreprises serricoles.   Comme le mildiou de l’impatiens est une maladie systémique, aucun fongicide ne peut guérir l’infection. Il est recommandé de détruire les plants atteints de façon sécuritaire : déposez les plants dans un sac de plastique et fermez celui-ci avant Lire la suite
Cultures ornementales en serre, Avertissement No 7, 28 avril 2020
27 avril 2020
État de la situation des cultures ornementales en serre : nos collaborateurs rapportent des populations de ravageurs bien contrôlées et quelques cas de maladies. Possibles cas de Ralstonia solanacearum de race 3, biovar 2 (RsR3bv2).   FLÉTRISSURE BACTÉRIENNE DES PÉLARGONIUMS La flétrissure bactérienne des pélargoniums, causée par la bactérie Ralstonia solanacearum de race 3, biovar 2 (RsR3bv2), a été détectée dans une serre du Michigan, aux États-Unis. La variété de géranium affectée est Pelargonium ‘Fantasia Pink Flare’ et était importée des installations d’un multiplicateur situé au Guatemala. L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a confirmé que 55 serres canadiennes ont reçu des plants de géranium en provenance de cette serre américaine et qu’elle inspectera tous ces établissements. Ils s’assureront de la destruction de ces lots de géraniums ainsi que des plants qui y ont été exposés. La désinfection des serres devra également être réalisée selon les directives de l’ACIA. La flétrissure bactérienne des pélargoniums est un organisme de quarantaine en Europe, aux États-Unis et au Canada qui peut causer du flétrissement non seulement chez le géranium, mais également chez les solanacées telles que la pomme de terre, la tomate et le poivron. Les producteurs québécois ayant reçu des livraisons de cette variété de géranium ont déjà été contactés par leur fournisseur. Ces derniers ont rappelé aux clients de ne pas vendre les géraniums ‘Fantasia Pink Flare’ en attendant l’inspection, mais de ne pas les jeter. Pour plus d’information : bureau régional de l’ACIA; Consultez la fiche de renseignements de l’ACIA Flétrissure bactérienne des pélargoniums.   PLANTES ORNEMENTALES EN CROISSANCE DANS LES SERRES   Décoloration causée par le mildiou sur Osteospermum Photo : IQDHO Légère augmentation de thrips, mais les populations sont bien contrôlées. Le maintien des températures à la baisse pour retenir la croissance des plantes chez Lire la suite
Cultures ornementales en serre, Avertissement No 6, 16 avril 2020
16 avril 2020
État de la situation des cultures ornementales en serre : nos collaborateurs rapportent une légère augmentation d’aleurodes et de thrips dans certaines entreprises serricoles. Les conditions environnementales sont favorables au développement de maladies foliaires. Un cas de Xanthomonas du bégonia a été identifié en laboratoire. ***Les serres, les pépinières et les jardineries peuvent rouvrir leurs portes au public depuis le 15 avril. En effet, le gouvernement du Québec a élargi la liste des activités et des services prioritaires. Les entreprises ne pourront reprendre leurs activités qu'en appliquant de manière très stricte les directives de la santé publique. Communiqué de Québec Vert du 15 avril 2020*** Plantes ornementales en croissance dans les serres Aleurode sur Gerbera Photo : IQDHO Aleurodes : dépistés plus fréquemment depuis la semaine dernière, par exemple dans Fuschia, Ipomoea et Lantana. En plus de dépister ces espèces, vérifier leur présence dans des plantes qui les attirent particulièrement, comme les aubergines. Poursuivre le dépistage rigoureusement à l’aide de pièges collants jaunes placés à la hauteur des plants. Traiter localement les foyers avec des insecticides compatibles à la lutte biologique, mise en place aussi pour d’autres ravageurs. Un traitement avec des produits conventionnels pourrait être requis sur une partie de la production dans le cas où la population d’aleurodes deviendrait trop élevée; consulter son conseiller afin de déterminer la meilleure stratégie. Fiche technique Aleurode des serres et aleurode du tabac Tableau Insecticides homologués contre les aleurodes    Thrips sur Calibrachoa Photo : IQDHO Thrips : en légère augmentation dans les serres maintenant les températures au-dessus de 20 °C. Les populations sont toutefois sous contrôle dans les serres plus fraîches. Le forçage de vivaces peut aussi être une source de thrips pour les serres adjacentes. En effet, des insectes peuvent sortir de dormance Lire la suite
Cultures ornementales en serre, Avertissement No 5, 31 mars 2020
31 mars 2020
État de la situation des cultures ornementales en serre : bonne qualité phytosanitaire pour les derniers végétaux livrés en plateaux multicellules; on note la présence modérée d’insectes et d'acariens. Bon contrôle en général dans les cultures de plantes annuelles. Augmentation légère des thrips dans les plantes ornementales en culture. *** Les activités de production en horticulture ornementale sont maintenant considérées comme un service essentiel. Après avoir appris la semaine dernière que, selon les directives gouvernementales en lien avec la COVID-19, les productions ornementales n’étaient pas considérées comme prioritaires jusqu’au 13 avril prochain, l’annonce du ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, André Lamontagne, du 30 mars permet aux producteurs de poursuivre leurs opérations. Communiqué de Québec Vert du 30 mars 2020*** Arrivages Tétranyque à deux points dépisté dans Ipomoea. Thrips dépisté dans Juncus, Cyperus et Eupatorium. Tarsonème trapu dépisté dans Ipomoea et Thunbergia. Aleurodes dépistés dans Crossandra. Plantes ornementales en croissance dans les serres Thrips sur chrysanthème Photo : IQDHO Thrips : en augmentation légère dans les cultures ornementales en serre en place. L’arrivée du mois d’avril avec du temps plus chaud pourrait favoriser la multiplication des thrips. Poursuivre le dépistage rigoureusement à l’aide de pièges collants jaunes et en secouant le feuillage au-dessus d’une feuille blanche pour bien voir les thrips. Vérifier leur progression et s'assurer que le contrôle effectué par les auxiliaires est toujours efficace. Si tel n’est pas le cas, traiter localement les foyers avec des insecticides compatibles à la lutte biologique et réintroduire des prédateurs au besoin. Un traitement avec des produits conventionnels pourrait être requis sur une partie de la production dans le cas où la population de thrips deviendrait trop élevée; consulter son conseiller afin de déterminer Lire la suite
Cultures ornementales en serre, Avertissement No 4, 24 mars 2020
24 mars 2020
État de la situation des cultures ornementales en serre : selon nos collaborateurs, les végétaux livrés la semaine dernière étaient en général exempts de ravageurs et de maladies. On note la présence modérée de tétranyques à deux points, de thrips, de tarsonèmes trapus, de pucerons, d’aleurodes et de cochenilles sur certaines variétés livrées récemment (arrivages). ***Avec les impacts du coronavirus lié à la COVID-19 à travers le monde, les dates de commandes d’auxiliaires en lutte biologique sont modifiées chez certains fournisseurs. Vérifier auprès de votre représentant.*** Les ennemis des cultures nommés ci-après ont été observés dans des arrivages de plantules ornementales. L’objectif de cet avertissement est d’attirer l’attention des producteurs lors du dépistage, dès la réception des plateaux.   Tétranyques à deux points et dommages sur Colocasia Photo : IQDHO Tétranyque à deux points : dépisté en faible quantité dans des arrivages de Cordyline, Solanum (étoile de Bethléem), Glechoma et Ipomoea, et en plus grande quantité dans Cyperus et Dracaena. Dans le cas où les plants reçus comptent beaucoup de tétranyques à deux points, ou si une infestation se développe en cours de culture, appliquer des traitements avec des acaricides homologués permettant une réintroduction rapide de prédateurs. Par exemple, on peut introduire des auxiliaires le lendemain de l'application de produits à base d'huile minérale et de savon. Introduire des acariens prédateurs tels que Neoseiulus fallacis, N. californicus, N. cucumeris ou Phytoseiulus persimilis dès la réception des végétaux ou dès que possible après un traitement local. Poursuivre le dépistage chaque semaine afin de s’assurer que le contrôle est bien effectué par les auxiliaires et intervenir au besoin.   Fiche technique Tétranyque à deux points   Larves de thrips sur verveine Photo : IQDHO Thrips : faibles populations dans des arrivages de Bacopa, Duranta et Alocasia. Lire la suite
Cultures ornementales en serre, Avertissement No 3, 18 mars 2020
18 mars 2020
État de la situation des cultures ornementales en serre : encore cette semaine, nos collaborateurs nous rapportent que les végétaux ont généralement été livrés avec très peu de ravageurs ou de maladies. On note la présence modérée de tétranyques à deux points, de thrips, de tarsonèmes trapus, de pucerons et de rouille sur certaines variétés livrées récemment (arrivages).   Les ennemis des cultures nommés plus bas ont été observés dans des arrivages de plantules ornementales. L’objectif de cet avertissement est d’attirer l’attention des producteurs lors du dépistage, dès la réception des plateaux.   Tétranyque à deux points sur Dracaena Photo : IQDHO Tétranyque à deux points : dépisté en faible quantité dans des arrivages de Cordyline, Dracaena et Acalypha. Introduire des acariens prédateurs dès la réception des plateaux afin qu’ils colonisent chaque plant avant la transplantation (par exemple : Neoseiulus fallacis, N. californicus, N. cucumeris ou Phytoseiulus persimilis). Poursuivre le dépistage chaque semaine afin de s’assurer que le contrôle est bien effectué par les auxiliaires. Dans le cas où l’infestation se développe, appliquer des traitements sur les foyers, avec des produits permettant une réintroduction rapide de prédateurs.  Fiche technique Tétranyque à deux points   Dommages de thrips sur Verbena Photo : IQDHO Thrips : présent dans des arrivages d’Eupatorium (forte population) et modérément dans Bidens, Verbena, géranium lierre, Bacopa, Cuphea, Angelonia, Lantana et Calibrachoa. Faible population d’Echinothrips sur Colocasia. Introduire des auxiliaires comme Neoseiulus cucumeris et Amblyseius swirskii contre le thrips de l’oignon et le thrips des petits fruits. L’emploi d’insecticides à base de champignons entomopathogènes comme Beauveria bassiana contribue à baisser la population de thrips sans nuire aux acariens prédateurs nommés ci-dessus. Dans la plupart des cas, Echinothrips Lire la suite
Cultures ornementales en serre, Avertissement No 2, 10 mars 2020
10 mars 2020
État de la situation des cultures ornementales en serre : les plantules et les boutures livrées généralement dans un bon état phytosanitaire. On note toutefois la présence modérée de tétranyques à deux points, de thrips, de tarsonèmes trapus et de blanc (oïdium) sur certaines variétés livrées récemment (arrivages).   Les ennemis des cultures nommés plus bas ont été observés dans des arrivages de plantules ornementales. L’objectif de cet avertissement est d’attirer l’attention des producteurs lors du dépistage, dès la réception des plateaux.   Dommages de tétranyques à deux points sur Dahlia sp. Photo : IQDHO Tétranyque à deux points : dépisté en faible quantité dans des arrivages de Cordyline, Dracaena, Dahlia, Canna, Hibiscus, Scaevola et Solanum (étoile de Bethléem). Introduire des acariens prédateurs dès la réception des plateaux afin qu’ils colonisent chaque plant avant la transplantation (par exemple Neoseiulus fallacis, N. californicus, N. cucumeris ou Phytoseiulus persimilis). Si des populations élevées sont observées, traiter avec un acaricide permettant l’introduction d’agents de lutte biologique rapidement par la suite, comme des produits homologués à base d’huile minérale. Fiche technique Tétranyque à deux points   Thrips des petits fruits (Frankliniella occidentalis) Photo : LEDP (MAPAQ) Thrips : faibles populations de thrips de l’oignon ou de thrips des petits fruits présentes dans des arrivages de Pennisetum, Senecio, Lobularia, Lantana, Verbena, Ipomoea batatas et Rosmarinus. Introduire en grande quantité des auxiliaires comme Stratiolaelaps scimitus qui coloniseront le sol de chaque multicellule avant la transplantation. Saupoudrer sur le feuillage des acariens prédateurs tels que Neoseiulus cucumeris qui se développent bien en conditions fraîches (20 à 25 °C) rencontrées en serre à cette période de l’année. Echinothrips americanus Photo : LEDP (MAPAQ) Présence d’Echinothrips ayant Lire la suite
Cultures ornementales en serre, Avertissement No 1, 26 février 2020
25 février 2020
État de la situation des cultures ornementales en serre : nos collaborateurs nous rapportent qu’en général, dans les deux dernières semaines, les plantules et les boutures ont été livrées dans un bon état phytosanitaire. On note toutefois la présence de tétranyques à deux points, de thrips et de blanc (oïdium) sur certaines variétés livrées récemment (arrivages). De plus, un cas isolé de tumeur du collet a été signalé dans un arrivage. Les ennemis des cultures nommés plus bas ont été observés dans des arrivages de plantules ornementales. L’objectif de cet avertissement est d’attirer l’attention des producteurs lors du dépistage dès la réception des plateaux.   Tétranyque à deux points sur un Dracaena sp. Photo : IQDHO Tétranyque à deux points : dépisté en faible quantité dans des arrivages de Cordyline sp. Si des populations élevées sont observées, traiter avec un acaricide permettant l’introduction d’agents de lutte biologique rapidement par la suite, par exemple avec des produits homologués à base d’huile minérale. Introduire ensuite des acariens prédateurs qui coloniseront chaque plant avant de les transplanter (par exemple Neoseiulus fallacis, N. californicus, N. cucumeris ou Phytoseiulus persimilis).     Pour offrir un bon taux d’humidité à Phytoseiulus persimilis, certains conseillers recommandent de brumiser le feuillage avant d'y saupoudrer les prédateurs. Cela permet aussi à la vermiculite, qui sert de support aux prédateurs, de coller aux plants. Il faut brumiser régulièrement si l’air est sec autour des plants. Pour l’introduction de N. cucumeris dans la culture de Dracaena, lorsque les feuilles se touchent, on peut déposer un papier journal à différents endroits sur la canopée et y saupoudrer une quantité de ces acariens prédateurs; ils se distribueront dans la culture. En lutte chimique, les cas de résistance associés aux tétranyques sont fréquents; alterner les familles chimiques des insecticides Lire la suite
1 à 10 sur 10
Infolettre Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP)

M'abonner au RAP

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.