Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
18 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)
Pommier, Avertissement No 18, 16 octobre 2019
16 octobre 2019
TAVELURE : URÉE À L'AUTOMNE L’urée est efficace contre la tavelure, lorsqu'appliquée à l’automne et au printemps. La période privilégiée demeure le printemps, mais un traitement postrécolte est possible en tenant compte de certaines restrictions : Traitement foliaire ou de litière  Le traitement d’urée peut être appliqué directement sur l’arbre avant la chute des feuilles à l’automne, ce qui assure une meilleure couverture que lorsque le traitement est appliqué au sol. Cet apport d’azote automnal n’a pas de conséquences graves sur l’arbre et peut même être bénéfique. Cependant, l’apport nutritionnel sera négligeable si les feuilles contiennent déjà beaucoup d’azote. Par ailleurs, un apport automnal d’urée sur de jeunes arbres pas encore productifs pourrait être néfaste, et dépasser 50 kg/ha à l’automne peut mener à une mortalité partielle des bourgeons. Finalement, les applications d’urée à l’automne sont associées à une augmentation des problèmes de chancre européen. Quand l’application d’automne a lieu trop longtemps avant la chute des feuilles, l’urée est métabolisée et son action contre la tavelure est moindre. L’urée foliaire appliquée à l’automne sur du feuillage encore fonctionnel est absorbée par l’arbre en 48 heures. Pour maximiser l’effet contre la tavelure, il faut donc retarder autant que possible le traitement et/ou accélérer la défoliation. L'application d'urée au sol doit être faite après la chute des feuilles et est donc souvent retardée au printemps. Recette  Le traitement « classique » est fait avec une solution de 50 kg d’urée par hectare dans un volume d'eau suffisant pour dissoudre l’urée. Les Américains préconisent près de 1 000 litres d’eau par hectare (40 livres d’urée dans 100 gallons par acre), mais il n’est pas nécessaire d’utiliser un volume aussi élevé. Il est possible de dissoudre 50 kg d’urée dans 75 litres d’eau à 0 °C, mais c’est plus facile avec les volumes usuels (ex. : 250 l/ha). Il n’y a donc pas de problème Lire la suite
Pommier, Avertissement No 17, 7 août 2019
08 août 2019
Mouche de la pomme, scarabée japonais, taille d'été, eau et calcium; pour en savoir plus en période estivale.     DÉVELOPPEMENT DES POMMIERS  (G. Chouinard) Le déficit en pluie que nous connaissons actuellement n’est pas propice au bon développement de la récolte à venir. Le calibre des pommes est inférieur au calibre habituel à pareille date, et des opérations comme l’éclaircissage manuel des fruits (voir plus bas) et l’irrigation sont requises dans bon nombre d’exploitations – veillez à évaluer la situation dans la vôtre!   INSECTES ET ACARIENS (F. Pelletier et G. Chouinard) Avec la fin de la 1re génération, les captures de carpocapses étaient faibles dans la plupart des vergers, depuis la dernière semaine de juillet. Ces derniers jours, le début du vol de la 2e génération du carpocapse a toutefois été observé en Montérégie-Ouest et dans les Laurentides. Les captures de la mouche de la pomme sont variables d’un verger à l’autre, mais dans l’ensemble, moins de la moitié des parcelles ont atteint le seuil d’intervention jusqu’à maintenant. Selon le modèle prévisionnel, le pic de captures a été atteint, la semaine dernière, dans les régions les plus chaudes (sud-ouest et Montérégie), et il sera atteint la prochaine semaine, en Estrie et dans les Laurentides (voir le sommaire de la semaine). Les observateurs du Réseau rapportent une augmentation des populations d’acariens phytophages dans certaines parcelles, mais jusqu’à présent, les populations demeurent sous les seuils d’intervention, dans la majorité des cas. De plus, leurs prédateurs naturels sont présents en grand nombre sur plusieurs sites. En effet, on compte d’importantes populations de phytoséides et une forte présence de punaises de la molène dans plusieurs vergers; et ces punaises sont 100 % utiles durant l'été, ne l'oublions pas. La présence localisée de punaises pentatomides et Lire la suite
Pommier, Avertissement No 16, 10 juillet 2019
10 juillet 2019
État de situation pour la récolte; les insectes et les acariens; pour en savoir plus en période estivale.   RÉCOLTE  (F. Pelletier) Selon les différents observateurs du Réseau, la récolte s’annonce bonne dans l’ensemble cette année, malgré l’observation plus marquée d’alternance sur certains cultivars, particulièrement la Honeycrisp.   INSECTES ET ACARIENS (F. Pelletier et G. Chouinard) Le pic de vol de la 1regénération du carpocapse étant dépassé dans les régions les plus hâtives, les captures commencent à diminuer, mais demeurent élevées par endroits. Plusieurs collaborateurs rapportent un nombre plus important de captures cette année comparativement aux années précédentes, notamment en Montérégie (Est et Ouest), dans les Laurentides et en Estrie. Quelques dommages sur les fruits ont aussi été observés dans quelques vergers. La période d’activité du charançon de la prune s’étire et des dommages récents ont été observés dans quelques vergers à la suite des nombreuses soirées consécutives avec des conditions propices à son activité. L’activité de la mouche de la pomme a commencé dans l’ensemble des régions, des captures ayant été observées dans quelques vergers la semaine dernière en Montérégie-Est et en Montérégie-Ouest, et au début de la semaine dans les régions de Missisquoi, des Laurentides, de l'Estrie et de la Chaudière-Appalaches. Des captures de tordeuse à bandes obliques sont encore observées, mais le pic de vol de la 1regénération de papillons est dépassé dans la majorité des régions (voir le sommaire hebdomadaire). Un premier dommage sur les fruits, causé par une jeune chenille de la génération estivale, a été rapporté en Estrie. En général, les populations de tétranyque rouge et tétranyque à deux points demeurent faibles pour l’instant. La présence d’œufs de tétranyque rouge a été notée dans quelques vergers. Des populations faibles à moyennes d’ériophyide du Lire la suite
Pommier, Avertissement No 15, 4 juillet 2019
03 juillet 2019
Premières captures de mouche de la pomme à nos portes; fin de la période critique pour le charançon de la prune; protection des prédateurs; invitation en Estrie; dérive des pesticides et délais à la récolte.   MOUCHE DE LA POMME  (G. Chouinard et F. Pelletier) Le modèle du Réseau prévoit le début d’activité de la mouche à partir de la mi-juillet en Montérégie, mais les premières captures de mouche de la pomme ont déjà été observées dans quelques vergers au sud-ouest de Montréal. Il est donc plus que temps de nettoyer vos sphères rouges et de les installer si ce n'est déjà fait.   Mouche de la pomme adulte.  LEDP (MAPAQ), tirée d'IRIIS phytoprotection Stratégies d’intervention Le dépistage (fiche 65 du Guide de référence en production fruitière intégrée [Guide de PFI]) de la mouche de la pomme est une pratique incontournable en PFI : C’est rentable : le dépistage permet d’éviter des traitements insecticides dans la plupart des exploitations. Les traitements évités en été permettent à leur tour la multiplication des insectes utiles qui effectuent un contrôle naturel des tordeuses, des mineuses, des acariens et des autres ravageurs. Cette lutte biologique peut vous permettre d’économiser chaque année, en moyenne, un autre traitement insecticide. C’est écologique : la réduction du nombre de traitements insecticides vous permet de réduire les résidus sur les fruits, de préserver la biodiversité et d’élever votre performance environnementale. Pour connaître les caractéristiques des produits homologués contre la mouche de la pomme, consultez SAgE pesticides.   AUTRES INSECTES ET ACARIENS (F. Pelletier et G. Chouinard) Plusieurs soirées ont été favorables à l’activité du charançon de la prune au cours de la dernière semaine. La période d’activité de ponte tire à sa fin et des dommages récents ont été observés uniquement de façon localisée, dans une minorité de vergers. Lire la suite
Pommier, Avertissement No 14, 27 juin 2019
27 juin 2019
BRÛLURE BACTÉRIENNE À ÉTEINDRE Plusieurs observateurs du réseau rapportent des symptômes de feu bactérien cette semaine. Dans la plupart des cas, les foyers sont assez isolés. Dans certains vergers où la floraison a été plus tardive (ex. : éclosion 29-30 mai ou début juin), les symptômes sont assez abondants. Plusieurs cultivars sont atteints, notamment Cortland et Royal Gala qui fleurissent tardivement et qui sont reconnus sensibles à la maladie. Il faut intervenir dès l’apparition des premiers symptômes. Une taille d’éradication à répétition et des traitements d’APOGEE ou de KUDOS* sont les mesures les plus efficaces. *Les traitements de prohexadione-Ca (APOGEE et KUDOS) n’étaient pas recommandés après la floraison avant 2019. Des tests réalisés à l'Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) en 2018 ont démontré que ce régulateur de croissance peut limiter fortement la production d’exsudat bactérien et réduire les risques de propagation.       Cet avertissement a été préparé par Vincent Philion, agronome, M. Sc. (IRDA). Pour des renseignements complémentaires, vous pouvez contacter les avertisseurs du réseau Pommier ou le secrétariat du RAP. La reproduction de ce document ou de l’une de ses parties est autorisée à condition d'en mentionner la source. Toute utilisation à des fins commerciales ou publicitaires est cependant strictement interdite. Lire la suite
Pommier, Avertissement No 13, 26 juin 2019
26 juin 2019
Carpocapse, tordeuses, charançon et sésie en activité, mouche de la pomme en retard; rappel concernant les portes ouvertes. La chute de juin est en cours dans les régions les plus hâtives (Montérégie, sud-ouest), combinée avec l’effet des traitements d’éclaircissage. À la lumière des observations actuelles, ces derniers semblent, de façon générale, avoir bien fonctionné.   Selon le modèle prévisionnel, on approche du pic de capture de papillons du carpocapse de la pomme pour les régions les plus chaudes. Un tout premier dégât de carpocapses a été observé en date du 25 juin en Montérégie, ce qui coïncide avec les prévisions du modèle pour le début de la période d’éclosions des œufs (voir le sommaire de la semaine). Selon les prévisions météorologiques actuelles, le pic de ponte n’est prévu qu’à la fin de la semaine prochaine dans les régions les plus hâtives.   Les captures de papillons de tordeuse à bandes obliques ont débuté dans plusieurs régions (Montérégie, sud-ouest, Laurentides).   Plusieurs soirées ont été favorables à l’activité du charançon de la prune au cours de la dernière semaine et quelques dégâts récents ont été observés de façon localisée par différents observateurs du Réseau. Bien que le pic d’activité de ponte soit passé dans la majorité des régions, quelques nuits favorables à l’activité de cet insecte sont encore prévues dans les prochains jours, parmi les nuits du 26 au 29 juin, dépendamment de la région (voir le sommaire de la semaine).     Les premières captures de sésie du cornouiller ont été observées dans les Laurentides.   Aucune capture de mouche de la pomme n’a encore été rapportée, mais les captures sont possibles dès la fin juin dans les régions les plus hâtives et les vergers les plus affectés par cet insecte. Consultez les communiqués précédents ou le Guide de référence en production fruitière intégrée (Guide de PFI) pour les stratégies d’intervention.   MALADIES (V. Philion) Les dernières Lire la suite
Pommier, Avertissement No 12, 19 juin 2019
19 juin 2019
Tavelure (fin des primaires); charançon; carpocapse; espèces utiles à protéger. DÉVELOPPEMENT DES POMMIERS (F. Pelletier et G. Chouinard) Selon les rapports des différents collaborateurs du Réseau, le diamètre des fruits (en date du 17 juin) pour le cultivar McIntosh varie entre 12 et 18 mm en Montérégie et entre 5 et 15 mm en Estrie. Des calibres d’environ 12 mm sont observés dans les Laurentides pour le même cultivar. Plusieurs observateurs rapportent que la nouaison est variable selon les sites, notamment dans les cultivars Empire et Spartan. Dans la région de Québec, le stade nouaison a été atteint le 16 juin dans les sites les plus chauds. INSECTES ET ACARIENS (F. Pelletier et G. Chouinard) Les populations de carpocapse sont variables selon les vergers. Des captures parfois importantes ont été observées dans quelques sites et des interventions visant les œufs ont été recommandées. Selon le modèle prévisionnel, nous sommes actuellement au tout début de la ponte (< 5 % des œufs pondus) dans les régions les plus hâtives et la ponte devrait s’étaler au-delà de la mi-juillet.  Aucun dommage sur fruits n’a encore été rapporté jusqu’à présent, les toutes premières éclosions devant débuter à la fin de la semaine dans les régions les plus chaudes. Consultez le sommaire de la semaine pour l’ensemble des prévisions et observations par région. Peu de dommages récents de charançon de la prune ont été observés au cours de la dernière semaine à l’exception de quelques sites localisés. Plusieurs nuits favorables à l’activité de l’insecte sont à prévoir dans les prochains jours (19, 20, 23 et 24 juin) selon la région (consultez le sommaire de la semaine). Aucune capture de papillons de tordeuse à bandes obliques n’a été rapportée jusqu’à présent par les collaborateurs du Réseau. Selon le modèle prévisionnel, les premiers adultes devraient être observés dans les prochains jours dans les régions les plus hâtives (sud-ouest Lire la suite
Pommier, Avertissement No 11, 12 juin 2019
12 juin 2019
Développement des pommiers; carpocapse, charançon de la prune et tordeuse à bandes obliques; ravageurs mineurs et occasionnels; maladies.   DÉVELOPPEMENT DES POMMIERS (F. Pelletier et G. Chouinard) Pour le cultivar McIntosh, le stade nouaison est atteint en Montérégie et au sud-ouest de Montréal, avec des fruits ayant un diamètre moyen de 7-8 mm en date du 10 juin. Les collaborateurs du Réseau rapportent que la nouaison est très variable d’un verger à l’autre, variant de faible à très bonne. Le stade nouaison est tout juste atteint en Estrie et dans les Laurentides dans les sites les plus chauds. Dans la région de Québec, les pommiers sont en fin de floraison et le stade calice devrait être atteint aujourd’hui 12 juin dans les sites les plus chauds. Consultez le sommaire de la semaine pour l’ensemble des prévisions et observations par région.   Nouaison sur Honeycrisp à Saint-Bruno, le 11 juin 2019 G. Chouinard   INSECTES ET ACARIENS (F. Pelletier et G. Chouinard) Avec la chaleur des journées précédentes, les captures de carpocapse étaient à la hausse en début de semaine dans quelques vergers en Montérégie et au sud-ouest de Montréal. Les captures ont également débuté dans les Laurentides, en Estrie ainsi que dans la région de Québec.    Les premiers dommages sur fruits causés par le charançon de la prune ont été observés en début de semaine dans quelques vergers en Montérégie et dans le sud-ouest de Montréal. Selon les prévisions météorologiques actuelles, les soirées du 16 et 17 juin seront favorables à l’activité de cet insecte dans certaines régions (voir le sommaire de la semaine pour les détails).   Les premières chrysalides de tordeuse à bandes obliques (TBO) ont été observées en Montérégie-Est et Montérégie-Ouest.     Les collaborateurs du Réseau rapportent les premières observations de cicadelle de la pomme de terre, d’ériophyide du pommier, de puceron lanigère et de punaises pentatomides, certaines espèces Lire la suite
Pommier, Avertissement No 10, 5 juin 2019
06 juin 2019
Arrivée du carpocapse; retard du charançon; portes ouvertes aux producteurs; et bien d'autres choses...   DÉVELOPPEMENT DES POMMIERS (F. Pelletier et G. Chouinard) Pour le cultivar McIntosh, les derniers stades observés (en date du 4 juin) dans les différentes régions pomicoles sont les suivants : Le stade calice a été atteint le 30 mai dans les sites hâtifs du sud-ouest de Montréal et le 31 mai en Montérégie. Le stade pleine floraison a été atteint la fin de semaine dernière dans les Laurentides et en Estrie. Les pommiers sont présentement au stade prébouton rose dans la région de Québec. La floraison s’étale dans le temps cette année en raison des températures plutôt fraîches. L’activité des pollinisateurs a été relativement faible au départ, mais quelques bonnes périodes d’activité ont été observées plus récemment. La floraison semble plutôt bonne pour la majorité des cultivars à l’exception de quelques variétés (ex. : Honeycrisp dans certains secteurs). Selon le modèle prévisionnel, le stade nouaison (cv McIntosh) devrait être atteint ces jours-ci (5-6 juin) dans les régions les plus hâtives (Sud-ouest et Montérégie). Consultez le sommaire de la semaine pour l’ensemble des prévisions et des observations par région.   Fleurs de pommier Honeycrisp à Saint-Bruno le 4 juin Remarquer la légère frange brune sur certains pétales qui peut être attribuable aux températures fraîches ou aux mauvaises conditions de séchage de certaines pulvérisations (ou les deux!). Photo: W. Doyon, PPQ   ÉCLAIRCISSAGE CHIMIQUE   Stratégies d’intervention Éclaircissage chimique : un texte sur l'éclaircissage sans carbaryl a été publié cette semaine par Evelyne Barriault sur la plateforme PFI du Réseau-pommier. Au besoin, consultez également les informations données dans le communiqué de la semaine précédente. Éclaircissage manuel : après avoir utilisé les agents ou les appareils Lire la suite
Pommier, Avertissement No 9, 30 mai 2019
30 mai 2019
RISQUES LOCALISÉS DE FEU BACTÉRIEN La montée de la température et la pluie prévue notamment ce soir vont probablement suffire pour franchir le seuil de risque d’infection par le feu bactérien dans certaines localités. Dans les vergers avec un antécédent récent de cette maladie où des fleurs étaient en éclosion le 26 mai, un traitement de streptomycine aujourd’hui ou demain pourrait être nécessaire. Si vous avez déjà traité (ex. : Streptomycine, Kasumine, Blossom protect) après l’éclosion des fleurs à risque, aucun autre traitement n’est requis. Le régulateur de croissance Prohexadione-Ca (Apogee, Kudos) ne remplace pas la streptomycine, mais pourrait être une stratégie complémentaire. Pour plus d'information Risques de feu bactérien Stratégies de lutte Cet avertissement a été rédigé par Vincent Philion, agronome, M. Sc. (IRDA). Pour des renseignements complémentaires, vous pouvez contacter les avertisseurs du réseau Pommier ou le secrétariat du RAP. La reproduction de ce document ou de l’une de ses parties est autorisée à condition d'en mentionner la source. Toute utilisation à des fins commerciales ou publicitaires est cependant strictement interdite. Lire la suite
1 à 10 sur 18

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.