Ajouté à Mes favoris.

Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire
Logo Agri-Réseau
S'informerLe savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

S'informer

Le savoir et l'expertise du réseau agricole et agroalimentaire

Chargement en cours

Filtrer la recherche
  • Sujet(s) :
  • Production(s) :
5 documents correspondants à votre recherche et/ou filtre(s) sélectionné(s)
Malherbologie, Avertissement No 5, 15 juin 2021

Nouveau

15 juin 2021
Suivi de la croissance de l'amarante tuberculée. Mise à jour sur la résistance de l'amarante tuberculée aux herbicides des groupes 5 et 27.  SUIVI DE LA CROISSANCE DE L'AMARANTE TUBERCULÉE En collaboration avec Brigitte Duval, agr.; Stéphanie Mathieu, agr.; Véronique Samson, agr.; Karine Fortier-Brunelle, agr. (MAPAQ); Sandra Flores-Mejia, Ph. D. (CÉROM) et Fairouz Dif, agr. (Club Conseil Profit-eau-sol)   L’amarante tuberculée (AT) poursuit sa croissance au Québec. En Montérégie notamment, elle a atteint 10 cm de hauteur. À partir de ce stade critique, les traitements herbicides ne sont plus efficaces contre cette mauvaise herbe.   Plusieurs plantules d'amarante tuberculée observées dans un champ de soya le 10 juin 2021 dans les Laurentides Photo : Fairouz Dif (Club Conseil Profit-eau-sol)   L’AT germe au courant de toute la saison de croissance. Son émergence peut se produire à partir de la fin du mois de mai jusqu’au mois d’août. De fait, alors qu’elle a atteint une hauteur de 10 cm à un site en Montérégie, son émergence vient tout juste d’être observée à un autre site de la même région.   Cette caractéristique rend le contrôle de l’AT plus ardu, car elle est souvent présente au champ à plusieurs stades de croissance. Ainsi, il importe de combiner les différents moyens de lutte afin de diminuer les populations le plus rapidement possible et aussi d’abaisser la banque de semences présente dans le sol.   Si vous trouvez de l’AT sur votre entreprise pour la première fois, n’hésitez pas à vous inscrire au Plan d'intervention phytosanitaire pour lutter contre l'amarante tuberculée au amarantetuberculee.ca. Pour plus d'information Fiche technique Amarante tuberculée Fiche technique Différenciation entre les espèces d'amarantes IRIIS phytoprotection Amarante tuberculée Pour confirmer l'identification de l'AT, vous pouvez envoyer des photos par courriel à l'adresse mauvaiseherbe@mapaq.gouv.qc.ca. Lire la suite
Malherbologie, Avertissement No 4, 8 juin 2021

Nouveau

08 juin 2021
L’amarante tuberculée observée au Centre-du-Québec. Le silène blanc identifié dans plusieurs régions du Québec.  AMARANTE TUBERCULÉE OBSERVÉE AU CENTRE-DU-QUÉBEC En collaboration avec Brigitte Duval, agr.; Stéphanie Mathieu, agr.; Véronique Samson, agr.; Karine Fortier-Brunelle, agr. (MAPAQ); Sandra Flores-Mejia, Ph. D. (CÉROM) et Fairouz Dif, agr. (Club Conseil Profit-eau-sol)   La semaine dernière, nous vous informions de la levée de l’amarante tuberculée (AT) dans les régions de la Montérégie, des Laurentides et de la Chaudière-Appalaches (voir l’avertissement Nº 3 du 31 mai 2021).   Cette semaine, elle est maintenant observée au Centre-du-Québec, au site où elle avait été détectée en 2019. L’AT est entre les stades cotylédons et 4 feuilles.   Plantules d'amarante tuberculée observées au Centre-du-Québec le 3 juin 2021 Brigitte Duval (MAPAQ)   Nous vous invitons à porter une attention particulière aux bordures de champs lors de vos dépistages.   Plusieurs plantules d'amarante tuberculée observées en bordure d'un champ de maïs le 7 juin 2021 Fairouz Dif (Club Conseil Profit-eau-sol)   Le dépistage de l’AT à de très jeunes stades est primordial, puisque la plupart des herbicides ne sont pas efficaces lorsqu’elle atteint 10 cm de hauteur. D'ailleurs, l'AT a présentement une hauteur de 8 à 10 cm en Montérégie. Pour obtenir plus d’information sur le contrôle de l’AT dans les grandes cultures, vous pouvez consulter l’avertissement Nº 6 du 4 juin 2021 du RAP Grandes cultures. Des méthodes mécaniques peuvent aussi être utilisées pour éliminer les plantules d’AT, mais ces dernières sont souvent plus efficaces aux plus jeunes stades de croissance de l’AT.   Si vous trouvez de l’AT sur votre entreprise pour la première fois, n’hésitez pas à vous inscrire au Plan d'intervention phytosanitaire pour lutter contre l'amarante tuberculée au amarantetuberculee.ca. Pour plus d'information Lire la suite
Malherbologie, Avertissement No 3, 31 mai 2021
28 mai 2021
L’amarante tuberculée commence à émerger. Rappel sur le Plan d’intervention phytosanitaire pour lutter contre l’amarante tuberculée. Courriel d’identification pour les mauvaises herbes. Portez une attention particulière lors de l’achat et l’utilisation de machinerie usagée pour éviter la propagation de nouvelles mauvaises herbes problématiques. ÉMERGENCE DE L'AMARANTE TUBERCULÉE En collaboration avec Brigitte Duval agr., Stéphanie Mathieu agr., Véronique Samson agr. et Karine Fortier-Brunelle agr. (MAPAQ), Sandra Flores-Mejia Ph. D. (CÉROM) et Fairouz Dif , agr. (Club Conseil Profit-eau-sol)   L’amarante tuberculée commence à émerger au Québec; elle a été observée dans les régions de la Montérégie, des Laurentides et de la Chaudière-Appalaches. Elle est présentement entre les stades cotylédons et 7 feuilles. Il importe donc de surveiller cette mauvaise herbe lors de vos dépistages.   Amarante tuberculée au stade 7 feuilles dans les Laurentides Source : Fairouz Dif (Club Conseil Profit-eau-sol) Amarante tuberculée au stade 1 feuille en Montérégie-Ouest Source : Stéphanie Mathieu (MAPAQ)   L’amarante tuberculée peut croître jusqu’à 3 cm par jour et la plupart des herbicides ne sont pas efficaces lorsqu'elle atteint 10 cm de hauteur. Il est donc crucial de détecter et de contrôler cette mauvaise herbe tôt en saison. Cela permettra également d’appliquer hâtivement des mesures de biosécurité pour limiter sa propagation.   L’amarante tuberculée est difficile à identifier au stade plantule. Pour aider à l'identification, vous pouvez consulter les documents suivants : Fiche technique Amarante tuberculée Fiche technique Différenciation entre les espèces d'amarantes IRIIS phytoprotection Amarante tuberculée Vous pouvez également envoyer des plants au Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection (LEDP), qui dispose d'un test moléculaire permettant une confirmation rapide de l'espèce d'amarante. Lire la suite
Malherbologie, Avertissement No 2, 17 mai 2021
17 mai 2021
Nouveau service pour l’identification de mauvaises herbes offert par le Laboratoire d’expertise et de diagnostic en phytoprotection (LEDP). L’IDENTIFICATION DE MAUVAISES HERBES SIMPLE ET RAPIDE! Pour la saison de culture de 2021, le LEDP met en place une nouvelle adresse courriel afin d’offrir un service facile et rapide d’identification de mauvaises herbes, par l’envoi d’images numériques. L’adresse à laquelle envoyer les images est la suivante : mauvaiseherbe@mapaq.gouv.qc.ca Pour qui? Ce service est offert gratuitement à tous les conseillers agricoles afin de les accompagner rapidement dans l’identification de mauvaises herbes. Un professionnel sera en tout temps attitré à la boîte courriel afin de s’assurer que le conseiller ait une réponse rapide à sa demande d’identification. Comment faire? Il suffit d’envoyer une ou plusieurs images de la mauvaise herbe à identifier à l’adresse courriel mauvaiseherbe@mapaq.gouv.qc.ca. Le professionnel, s’il est en mesure d’effectuer l’identification, fournira, en guise de réponse, le nom de la mauvaise herbe identifiée ainsi qu’un ou plusieurs liens vers des sources d’informations pertinentes à l'égard de celle-ci. Voici les critères pour que l’identification puisse être effectuée : Les images sont de qualité suffisante; L’identification peut être réalisée rapidement par le professionnel; L’identification concerne une mauvaise herbe en milieu agricole. Dans le cadre de ce service, aucun rapport officiel ne sera produit par le professionnel. Dans le cas où l’image ne correspond pas à ces critères, le professionnel informera rapidement le conseiller que l’identification par image n’est pas possible et l’invitera à envoyer un échantillon au laboratoire en remplissant une demande d’analyse. Les frais afférents seront alors appliqués.   Pour plus d’information, n’hésitez pas à contacter les professionnels de la section malherbologie du LEDP. Il est à noter que ce service est offert à l’intérieur des heures ouvrables Lire la suite
Malherbologie, Avertissement No 1, 21 avril 2021
21 avril 2021
LES MAUVAISES HERBES PROBLÉMATIQUES À SURVEILLER AU COURANT DE L’ÉTÉ 2021 Une affiche a été produite afin d’informer les producteurs et les conseillers de la présence potentielle de certaines mauvaises herbes problématiques, en émergence au Québec ou aux portes de la province. On y présente quatre mauvaises herbes, soit l’amarante tuberculée, l’amarante de Palmer, le kochia à balais et l’égilope cylindrique, ainsi que les caractéristiques permettant d’identifier chacune de ces espèces. L’équipe de malherbologie du Laboratoire d’expertise et de diagnostic en phytoprotection (LEDP) souhaite ainsi effectuer une surveillance active du territoire en misant sur la collaboration de tous. Les mauvaises herbes présentées sur l’affiche sont jugées problématiques, car elles peuvent causer des pertes significatives de rendements, représenter une menace pour la biodiversité et exprimer de la résistance aux herbicides.   L’amarante tuberculée est présente au Québec depuis 2017 sur un nombre limité de fermes et des populations ont déjà démontré de la résistance aux herbicides des groupes 2, 5, 9, 14 et 27. Elle peut diminuer les rendements de maïs de 84 % et ceux du soya de 93 %. L’amarante de Palmer est présente aux États-Unis et dans quelques endroits au sud de l’Ontario où elle ne semble pas causer de problème. Aux États-Unis, elle affiche de la résistance aux herbicides des groupes 2, 3, 5, 9, 14 et 27. Elle peut diminuer les rendements de maïs de 91 % et ceux du soya de 79 %. Le kochia à balais a été retrouvé sur une ferme du Québec à l’été 2020. Il est très problématique dans les prairies canadiennes où il présente de la résistance aux herbicides des groupes 2, 4 et 9. L’égilope cylindrique n’a été trouvée qu’en Ontario dans deux zones de petite superficie où des mesures ont été déployées pour empêcher sa propagation. Tout de même, il s’agit d’un contaminant des semences de blé et peut causer d’importantes pertes de rendement dans les cultures de blé d’automne. Lire la suite
1 à 5 sur 5
Infolettre Réseau d’avertissements phytosanitaires (RAP)

M'abonner au RAP

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.